Crise du logement abordable : le gigantesque défi d’Ottawa

La crise du logement abordable frappe brutalement et de bien des manières. Aucune province, aucune région n'y échappe. Le gouvernement Trudeau a promis de s'y attaquer pour contrer la pauvreté. Ce défi s'annonce aussi colossal que les attentes.

Dans quelques jours, Edna Rose pourrait se retrouver à la rue. Le complexe où elle habite depuis 30 ans est en train de tomber en ruine. Plus d’une centaine de locataires ont déjà été forcés de quitter leur logis.

À 76 ans, elle n’a nulle part où aller, sinon un refuge.

Situation unique? La Société d’habitation de Toronto ferme des centaines de logements sociaux depuis un an. Elle n’a pas le choix : ils sont devenus trop dangereux pour leurs occupants.

Entretenir un parc de 2154 édifices est devenu un cauchemar pour la Société, faute de financement soutenu et prévisible d’Ottawa.

Crise nationale

Le logement locatif est très mal en point au Canada. Pas moins de 1,5 million de familles canadiennes vivent dans des logements inadéquats ou trop chers.

La situation se détériore depuis 25 ans.

Cette période coïncide justement avec l’abandon graduel des investissements fédéraux dans le secteur de l’habitation, un désistement qui a eu de graves conséquences.

Il a mis un frein à la construction de logements abordables et salubres.

C’est sans compter que près de 900 000 unités à loyer modique ont même disparu du marché. Pourtant, la population s’est accrue de 30 % pendant cette période.

Ottawa en mode rattrapage

Le gouvernement Trudeau lancera officiellement sa Stratégie nationale sur le logement plus tard cet automne. Ce réengagement longuement attendu prévoit 11 milliards de dollars échelonnés sur une décennie à l’échelle nationale.

À elle seule, la Société d’habitation de Toronto estime qu’il faudra au moins 2,6 milliards de dollars pour entretenir son parc immobilier existant d’ici les 10 prochaines années.

Celui qui pilote la réforme du gouvernement Trudeau, le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, admet que « ce sont de gros défis ».

Il s’engage à ce que le tiers des 1,5 million de famille mal logées ne le soit plus.

Mais pour cela, il faut non seulement mettre à niveau des milliers d’immeubles à travers le pays, mais aussi accroître l’offre.

"Avec ce qu’il y a sur la table aujourd’hui, on peut arrêter l’hémorragie, peut-être, mais on ne va pas guérir la maladie." Stéphan Corriveau, président de l'Association canadienne d’habitation et de rénovation urbaine.

À Toronto, les centaines de locataires forcés de quitter des logements insalubres et dangereux sont pour la plupart relocalisés par la Société d’habitation, non sans un effet pervers sur l'ensemble du système. Les logements où ils emménagent auraient pu servir à d’autres familles qui étaient déjà sur la liste d’attente.

La liste compte 180 000 personnes et les familles doivent parfois attendre jusqu’à 12 ans avant d’obtenir un logement abordable.

Cibles de la Stratégie nationale sur le logement

  • Réduction de 50 % du nombre de personnes en situation d’itinérance chronique et épisodique
  • Réduction allant jusqu’à 50 % du nombre de locataires mal logés

Source : Ici.radio-canada.ca

crédits photo : Marc Godbout

Partagez partager