#EtMaintenant: les Québécoises solidaires avec les victimes de violence sexuelle

Plus de 180 Québécoises appuient les victimes de violence sexuelle et dénoncent la lettre du «Monde» signée par 100 femmes, dont Catherine Deneuve.

Après le carré rouge des étudiants, place au coeur jaune en appui au mouvement #MoiAussi. Six féministes québécoises, déjà appuyées par quelque 180 signataires, lancent l’initiative « Et maintenant » pour appuyer les victimes de violence sexuelle et rejeter l’idée de « la liberté d’importuner », mise en avant dans les pages du Monde par un collectif de 100 femmes, dont l’actrice française Catherine Deneuve.

Le lancement officiel du mouvement, symbolisé par un coeur jaune, s’est fait dimanche soir pendant l’émission Tout le monde en parle, qui avait invité les jeunes auteures, communicatrices et féministes Léa Clermont-Dion et Aurélie Lanctôt. À la base de cette prise de parole se trouvent aussi Françoise David, Josée Boileau, Francine Pelletier et Élisabeth Vallet. Ces deux dernières, comme Mme Lanctôt, sont par ailleurs chroniqueuses au Devoir.

« On voulait remettre les pendules à l’heure, réitérer notre solidarité aux victimes de #MoiAussi et rappeler le fondement du mouvement, qui est tout sauf une chasse à l’homme, mais plutôt un mouvement de solidarité et de libération de la parole », a expliqué au Devoir Léa Clermont-Dion.

Alliance intersexuelle

La déclaration d’Et maintenant — qui possède son mot-clic, #EtMaintenant — rappelle que, « partout dans la société, les femmes sont exposées aux diverses formes de violence ou d’agression sexuelles » et qu’elles « n’acceptent plus d’être réduites au statut d’objet du désir masculin ».

Le texte rejette la « victimisation » et met en avant « une force qui enfin s’affiche », en plus de souligner que, si « les retombées de #MoiAussi sont positives », « les révolutions suscitent toujours de l’inconfort ». 

« Et maintenant ? dit la missive. Nous voulons continuer sur cette lancée, les hommes à nos côtés. » Pour Aurélie Lanctôt, à l’avenir, « pour qu’on pense la fin des violences sexuelles, il faut vraiment créer une alliance avec les hommes, ça concerne tout le monde, et on espérait vraiment mettre ça en avant dans la déclaration. »

Parmi les signataires, qui sont toutes des femmes, on compte entre autres Marie-France Bazzo, Magalie Lépine-Blondeau, Liza Frulla, Julie Snyder, Fanny Britt, Emma Verde, Anne-Élisabeth Bossé, Anaïs Barbeau-Lavalette, Brigitte Haentjens, Charlotte Cardin et Mélanie et Stéphanie Boulay. Toutefois, hommes et femmes pourront appuyer la déclaration sur la page www.etmaintenant.net.

Deneuve et la « liberté d’importuner »

La déclaration d’#EtMaintenant n’en parle pas nommément, mais sa création même est due en grande partie à la récente lettre ouverte publiée dans le journal français Le Monde par un collectif de 100 femmes, dont l’actrice Catherine Deneuve, et qui défendait « une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle ».

Dans cette tribune, les signataires disaient ne pas se reconnaître « dans ce féminisme qui, au-delà de la dénonciation des abus de pouvoir, prend le visage d’une haine des hommes et de la sexualité ».

"En banalisant les violences sexuelles à l’aide d’une rhétorique aussi simpliste, les auteures de la lettre culpabilisent des milliers de femmes, jeunes et moins jeunes, victimes d’agressions sexuelles qui auraient souhaité porter plainte ou dire “moi aussi” " - Léa Clermont-Dion

« Moi, ça m’a choquée au plus haut point », a affirmé Françoise David, jointe aux îles de la Madeleine. L’ancienne politicienne et féministe de longue date n’est pas surprise qu’un changement de culture de la sorte crée des remous. « Je l’ai vécu depuis les années 1970, c’est toujours difficile quand les femmes disent que des choses devraient se passer différemment. Et c’est normal et c’est correct, mais il ne faut pas revenir en arrière. Le droit d’importuner, je m’excuse, mais c’est moyenâgeux, là. »

La chanteuse Stéphanie Boulay, qui est des signataires d’#EtMaintenant, estime que le mouvement #MoiAussi et ses dérivés ne sont en rien une lutte contre les rapports de séduction. « Mais certaines personnes, par mauvaise foi ou par paresse intellectuelle, balancent dans le même panier des concepts aussi opposés que le désir-le plaisir-la séduction et l’humiliation-la domination. C’est important ici de rappeler la nuance. C’est important donc de réitérer avec « Et maintenant ». »

Léa Clermont-Dion, qui elle-même a porté plainte à la police en octobre pour agression sexuelle contre le fondateur de l’Institut du Nouveau Monde, Michel Venne, a écrit une réplique à Catherine Deneuve et à ses cosignataires, réplique qui a été publiée dans les pages du Monde vendredi.

« En banalisant les violences sexuelles à l’aide d’une rhétorique aussi simpliste, les auteures de la lettre culpabilisent des milliers de femmes, jeunes et moins jeunes, victimes d’agressions sexuelles qui auraient souhaité porter plainte ou dire “moi aussi”, dit Mme Clermont-Dion dans sa lettre. Que des femmes utilisent leur capital symbolique pour occuper l’espace public et semer une telle culpabilisation, c’est non seulement honteux, mais irresponsable. »

« J’ai eu la même réaction quand j’ai lu cette lettre-là que quand Lise Payette m’a dit “écoutes, tu ne t’es pas fait violer, pourquoi tu porterais plainte ?”, lance la jeune femme au Devoir. C’est extrêmement difficile de parler publiquement, ce n’est pas pour rien qu’il y a juste 5 % des victimes d’agression sexuelle qui osent porter plainte. On vit avec le blâme. » 

Mme Clermont-Dion est toujours en attente d’une réponse officielle faisant suite à la plainte déposée auprès de la Sûreté du Québec. Rappelons que l’auteure avait affirmé en octobre avoir été agressée en 2008 par M. Venne alors qu’elle était mineure (17 ans) et qu’il était son patron. M. Venne a toujours nié les allégations. 

À suivre 

Et maintenant, justement, que créeront cette nouvelle initiative et ses coeurs de feutre jaune ? « Est-ce que tout ça va donner lieu à un grand mouvement organisé ? Non, ce n’est pas le but, il faut qu’on soit bien clairs, on n’a aucune prétention organisationnelle », explique Françoise David.

Aurélie Lanctôt note que plusieurs choses « sont en marche » depuis quelques mois, comme l’octroi de nouveaux budgets pour les centres pour femmes et hommes victimes de violences sexuelles, ou le projet de loi 151 pour encadrer les cas d’agressions à l’université. 

Et de concert avec le mouvement Québec contre les violences sexuelles, « il se prépare quelque chose pour le 8 mars, quelque chose d’assez important », dit Léa Clermont-Dion.

D’ici là, les six signataires fondatrices espèrent que le public adhérera à l’initiative et à sa déclaration, qui souhaite que les « non » s’élèvent quand il le faut. Et « que ce soit à nos désirs et à nos amours qu’ensemble, hommes et femmes, nous disions “oui” ».

Source : Le Devoir

photo : Radio-Canada

Partagez partager