Les femmes se donnent rendez-vous à Trois-Rivières en 2015

 Trois-Rivières accueillera en octobre 2015 le rassemblement national de la Marche mondiale des femmes. Cette mobilisation internationale se tient à tous les cinq ans depuis 2000. L'annonce de la tenue du rassemblement national de la Marche mondiale des femmes en 2015 à Trois-Rivières a été faite en présence d'Alice Lepetit, coordonnatrice de la marche à la Fédération des femmes du Québec, Josiane Gagnon et Cindy Raiche, agentes de projet, Joanne Blais, directrice de la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie et Alexa Conradi, présidente de la Fédération des femmes du Québec et porte-parole de la coordination du Québec de la Marche.

Après Montréal en 2000, Québec en 2005 et Rimouski en 2010, c'est vers Trois-Rivières que convergeront les groupes et individus militant pour l'élimination de la pauvreté et de la violence envers les femmes. On y attend entre 10 000 et 15 000 personnes.

«C'était un choix évident pour les membres de la coordination parce que c'est un lieu de confluent de cours d'eau, mais aussi d'énergies et de vitalité. Le mouvement des femmes ici dans la région est d'une très grande force et a toutes les qualités pour accueillir autant de personnes de partout au Québec. Et la ville comme telle est magnifique», a indiqué Alexa Conradi, porte-parole nationale de la Coordination du Québec de la Marche mondiale des femmes en point de presse lundi matin.

Aussi présidente de la Fédération des femmes du Québec, Mme Conradi a insisté sur l'importance de ce mouvement international créé à la suite de la Marche Du pain et des roses en 1995.

La deuxième marche, en 2005, avait mené à la rédaction d'une charte mondiale des femmes pour l'humanité, qui a fait le tour du monde sur une banderole. Puis en 2010, ce sont les conséquences des guerres qui ont été au coeur des revendications de la marche. «On a reconnu à l'ONU que le viol constitue un crime de guerre. On a voulu mobiliser les gens pour dire qu'il faut mettre fin aux guerres», mentionne Mme Conradi.

Le thème de 2015, «Libérons nos corps, notre Terre et nos territoires» fait référence à trois enjeux, soit le contrôle du corps des femmes, le souci de l'environnement et encore, les guerres qui continuent d'affliger de nombreuses populations à travers les monde.

Le thème de 2015 mettra aussi les projecteurs sur la crise environnementale qui se traduit entre autres par le réchauffement de la planète et l'extraction des richesses naturelles, de même que les effets de la guerre sur le maintien du tissu social et l'accès aux soins et à l'éducation.

Tous les détails dans Le Nouvelliste de mardi.

Voir l'article sur le site de la Presse 

Partagez partager