Misère à l'aide sociale

(Québec) Plusieurs personnes nous contactent tous les mois, dont quatre avec une situation similaire durant la semaine du 11 juin dernier. Une par courriel et trois autres par téléphone. Voici le courriel reçu :

«Bonjour, 

J'ai un problème sans fin qui ne se règle pas, puisque j'ai plusieurs diagnostics en santé mentale. Je suis sans diplôme avec une déficience légère, j'ai 49 ans et l'on me dit apte à l'emploi, que faire!!?? Comment pourrais-je augmenter mes revenus?? Je vis avec 628 $ par mois d'aide sociale, j'aimerais travailler et augmenter mes revenus, c'est trop injuste! On dit que je suis apte à l'emploi, mais personne ne veut de toi à cause de mes problèmes de santé, c'est ce que je me suis fait dire! Je me sens toujours entre deux chaises, c'est très difficile à vivre! Merci!»

Une autre au téléphone, me parle de sa situation, elle est âgée de 56 ans, reçoit 628 $ par mois d'aide sociale. Elle a été violée au début de l'adolescence et n'a pas pu en parler, car sa mère la laissait seule et lui disait de ne pas en parler, car on la mettrait en prison. Son frère s'est suicidé, elle a subi un post-trauma. Elle a une formation de massothérapeute, mais ne peut pas demeurer debout longtemps, à cause de problèmes aux genoux. «Pourquoi qu'ils ne nous fusillent pas, on souffrirait moins.»

«C'est mes chats qui me gardent en vie, car j'ai peur qu'il leur arrive de quoi si je pars.»

Un homme de 59 ans a été forcé de démissionner de son travail et n'a pas eu droit à l'assurance emploi. Il travaillait pour une agence de sécurité d'envergure mondiale. Il n'a pas vraiment de référence et n'arrive pas à se trouver un emploi. Il souffre de différents petits maux : arthrite, arthrose, diabète, mal de dos, etc. Pendant la discussion, je lui propose les banques alimentaires et il me répond : «J'aimerais ça manger un steak avec patates et légumes.»

Claude, 46 ans, a une formation comme peintre en bâtiment, il possède un permis de chauffeur classe 1 et a déjà travaillé comme soudeur pendant quatre ans en n'y ayant aucune formation. Dernièrement, son institution financière l'a appelé pour un paiement de 18,50 $ qui a été refusé, et lui a dit qu'il y aurait des frais de 40 $. Il a menacé au téléphone la personne qui l'a appelé et la police a été le chercher chez lui et a dû passer quatre jours au centre de détention de Québec. Il a attendu presque sept heures à une clinique sans rendez-vous pour y être vu cinq minutes, sans sentir avoir été écouté et il en sortit avec une prescription.

Le montant de base à l'aide sociale est de 628 $ par mois, avec le nouveau Programme objectif emploi, dont le règlement devrait sortir cet automne, le montant de base pourra être aussi bas que 404 $ par mois pour un primo demandeur (première demande à vie). Comment survivre avec ce montant?

Christian Loupret, militant salarié à l'Association pour la défense des droits sociaux Québec métro

Paru sur le Soleil 

crédits photo: photothèque Le Soleil 

Partagez partager