RSIQ : des nouvelles de la Stratégie de partenariats de lutte contre l’itinérance (SPLI)

Les négociations continuent concernant l’entente Canada-Québec portant sur la Stratégie de partenariats de lutte contre l’itinérance (SPLI). Lors de l’étude des crédits, le 27 juin, la ministre Lucie Charlebois a déclaré viser la conclusion d'une entente cet automne, ce qui serait très tard, trop tard. 

Dans son budget de mars 2014, le gouvernement fédéral avait annoncé la reconduction pour 5 ans de la SPLI, avec une volonté d’orienter cette aide vers le Housing first. Cette volonté d’imposer un modèle a rencontré une large opposition, menée par le RSIQ, qui demande que la SPLI conserve une vocation généraliste, où différentes interventions et immobilisations sont soutenues et communautaire, où chaque région détermine ses priorités. En avril 2014, l’Assemblée nationale demandait à l’unanimité le respect de ses orientations en itinérance. 

Dans la Politique nationale de lutte à l’itinérance, cinq axes d’intervention sont établis pour prévenir et réduire l’itinérance des différentes populations touchées par le phénomène. Soit le logement, mais aussi la santé et les services sociaux; le revenu; l’éducation et la réinsertion, ainsi que la cohabitation et la judiciarisation. Lors de l’étude des crédits, la ministre Charlebois a repris cette orientation sur la SPLI, affirmant que cela prend une diversité d’interventions.

Une année de gagnée et une année de perdue 

Cette année, dans le cadre d’une année de transition, qui se termine dans moins de neuf mois, au 31 mars 2015, la SPLI maintient le soutien à l’action menée par plus de 300 intervenantEs dans près de 200 organismes au Québec. Cela représente un gain important, maintenant l’intervention auprès de plus de 50 000 personnes en situation ou à risque d’itinérance au Québec.

Par contre, aucun appel n’a été fait pour des projets impliquant des immobilisations, construction de logements sociaux ou installations d’organismes. Une somme de plus de 4 millions $ est ainsi mise sur la glace, surtout à Montréal, alors que de nombreux organismes sont en développement et en besoin de financement additionnels de tels projets, avec d’autres programmes, tel AccèsLogis. 

La SPLI 2015-2019 : Ça presse ! 

Le délai pour déposer et faire approuver les projets SPLI est fort long, plus de 15 étapes, cela a souvent pris plus d’un an, voire plus pour les projets immobiliers. Dans l’esprit et le respect de la Politique nationale de lutte à l’itinérance adoptée au Québec, c’est rapidement cet été que doit être conclue une Entente Canada-Québec pour la SPLI 2015-2019. Pour consolider l’action des organismes, tant au niveau de l’intervention que des immobilisations, c’est un enjeu crucial. 

par Pierre Gaudreau, président du RSIQ

lire le bulletin complet

voir le site du RSIQ

Partagez partager