Violences faites aux femmes : les artistes se mobilisent

À l'occasion de la campagne des 12 jours d'action contre les violences envers les femmes, la FMHF appelle à l'action pour la fin des violences envers les femmes et les enfants. 

Quand les artistes se mobilisent 

Quatre personnalités québécoises ont répondu à l'appel pour s'engager aux côtés de la FMHF. 

Judtih Lussier, Iannicko N'Doua, Eve Landry et Webster prêtent leur voix aux témoignages de femmes et enfants soutenues par les maisons membres de la FMHF. Quatre histoires et quatre parcours de vie marqués par les violences, qu'elles soient familiale, conjugale, psychologique, institutionnelle, économique et autres. 

Le 28 novembre dernier,  400 étuditants en techniques policières et intervention en délinquance étaient d'ailleurs réunis pour discuter de violence faite aux femmes et aux enfants. Au regard des derniers homicides conjugaux et intrafamiliaux qui ont tristement marqué l’actualité, il est vital de sensibiliser les intervenants pour mettre fin aux violences faites aux femmes et enfants.  

« Il est crucial que la société entière, dont les hommes, prennent conscience de leur rôle dans cette lutte » souligne Will Prosper, documentariste et animateur de la discussion.

Alors que des milliers de femmes et enfants appellent à l'aide chaque année au Québec,  il est nécessaire que chacunE d'entre nous prenne conscience de son rôle pour lutter contre ces violences. 

Des femmes et enfants cruellement dans le besoin

La FMHF ne cesse d’interpeller le gouvernement. La violence est une pandémie : 1 femme sur 3 sera victime de violence conjugale ou agression sexuelle au cours de sa vie. L’homicide par son partenaires ou ex-partenaire est la première cause de meurtre des femmes de 18 à 24 ans. 12 femmes sont tuées chaque année au Québec. Avec des taux d’occupation avoisinant les 100%, Les maisons de la FMHF sont à bout de souffle et refusent près de 15 000 demande d’hébergement faute de place au moment de l’appel. 

Les femmes et enfants violentés ont besoin d’être aidés et les ressources qui les soutiennent doivent être financées adéquatement. « Le gouvernement doit s’attaquer fermement aux violences envers les femmes ! » affirme Manon Monastesse, directrice de la FMHF.  « Nier nos demandes, c’est mettre en danger des milliers de femmes et enfants au Québec » ajoute-t-elle. 

Les besoins sont énormes, les attentes sont grandes. Nous répétons que nous souhaitons être des alliéEs.

 

HISTOIRE D'ARIANNE

 

 

HISTROIRE DE CATHERINE

 

 

HISTOIRE DE THÉO 

 

 

HISTOIRE DE TAHINA

 

 

Partagez partager