Violences sexuelles et enfance : une enquête française sonne l'alarme

Tentative de suicide, amnésie, stress post-traumatique... Les violences sexuelles subies dans l’enfance ont de lourdes conséquences à l’âge adulte, même 50 ans après, faute de prise en charge appropriée.

Les statistiques proviennent d'une étude française mais n'en demeurent pas moins inquiétantes. En effet, l'enquête affirme que dans plus de la moitié des cas, l'agresseur était un membre de la famille et que plus la victime est jeune au moment des faits, plus les conséquences sont lourdes. Surtout, elle révèle la surreprésentation des femmes dans les chiffres : « en France, une femme sur cinq et un homme sur quatorze déclarent avoir subi des violences sexuelles ».

Alors que Québec se prépare pour la tenue d'une commission parlementaire sur les agressions sexuelles, il est pertinent de les sortir de leurs contextes particuliers pour en révéler le caractère systémique, soit l'organisation patriarcale de nos sociétés. En effet, le patriarcat rend possible tout un continum de violence, dans lequel s'inscrivent les agressions sexuelles. La vague de dénonciation connue mondialement sur les réseaux sociaux au cours de l'automne dernier laissait également paraître ce caractère.

Consultez l'enquête : 
Impact des violences sexuelles de l’enfance à l’âge adulte

À lire aussi : 

Photo : Archives Radio-Canada

Partagez partager