Rogers fournit des centaines de téléphones pour aider les femmes québécoises victimes de violence et de mauvais traitements pendant la pandémie

Montréal (Québec), le 3 décembre 2020 – Alors que la deuxième vague de la pandémie de COVID‑19 est bien présente, Rogers Communications a annoncé aujourd’hui qu’elle fournira des centaines de téléphones et de forfaits Voix et données gratuits aux maisons d’hébergement du Québec pour que les femmes victimes de violence et de mauvais traitements puissent profiter de services de connexion. 

Un récent rapport montre que, depuis le début de la pandémie, la gravité de la violence que subissent les femmes cherchant un refuge a augmenté. Le besoin est donc urgent de soutenir les femmes et les enfants qui doivent actuellement vivre avec un proche violent.

« Pour les femmes et les enfants du Québec qui fuient les mauvais traitements, les téléphones et la connectivité servent de bouées de sauvetage numériques qui leur permettent d’accéder aux ressources d’urgence en toute sécurité, a déclaré Edith Cloutier, présidente régionale, Rogers Communications, Québec. Nous sommes fiers de contribuer à offrir ces services de connexion essentiels aux femmes et aux enfants dont la maison n’est plus un endroit sûr pour qu’ils puissent obtenir l’aide dont ils ont besoin. »

Rogers avait déjà annoncé au printemps dernier, une aide similaire destinée à plusieurs maisons d’hébergement pour femmes au Québec, telles que L’Arrêt-Source et Le Chaînon. Aujourd’hui, des centaines de téléphones additionnels et des forfaits Voix et données de six mois sont offerts à de nombreux établissements partout dans la province. L’entreprise prolonge également tous les services dont bénéficient les maisons d’hébergement jusqu’à la fin de juin 2021 pour combler les besoins de connectivité, étant donné que ces femmes vivent un isolement accru pendant la deuxième vague de la pandémie, alors que les restrictions sont renforcées partout au Québec.

Parmi les maisons d’hébergement pour femmes du Québec qui reçoivent des téléphones  et des forfaits figurent : L’Inter-Elles à Langelier, la Maison Simonne-Monet-Chartrand à Chambly, la Maison d’hébergement L’Égide à La Prairie, le Havre des Femmes à L’Islet, la Maison d’Athena à Montréal, la Maison Secours aux femmes à Montréal, La Clé sur la Porte à St-Hyacinthe, L’ombre-Elle à Sainte-Agathe-des-Monts, Regroup’elles à Terrebonne et Havre l’Éclaircie à Saint-Georges.

« Il est crucial pour les femmes victimes de violence, quelle que soit la région à travers le Québec, d’être en moyen de communiquer facilement et rapidement avec leurs proches, mais aussi de rester en contact avec les équipes des maisons d’hébergement en cas de besoins ou de danger, a affirmé Manon Monastesse, directrice générale, Fédération des maisons d’hébergement pour femmes. D’autant plus en cette période de pandémie pendant laquelle il est conseillé de rester chez soi et sortir le moins possible. Les téléphones sont des outils permettant aux femmes de communiquer discrètement et de façon sécuritaire avec les maisons d’hébergement. »

« On le sait, la pandémie a eu un impact important sur le budget des femmes, a rappelé Mathilde Trou, coresponsable des dossiers politiques, Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale. Grâce à ces téléphones cellulaires, les femmes hébergées dans nos maisons d’aide et d’hébergement pourront rester en contact avec leurs proches et poursuivre leurs démarches, sans devoir se soucier des minutes qu’il leur reste sur leur forfait. C’est une aide précieuse qui sera fort appréciée. »

« Le téléphone est un lien crucial pour que les femmes isolées gardent un lien avec leurs proches et nos services d’aide durant la pandémie, a rappelé Gaëlle Fedida, Coordonnatrice aux dossiers politiques, Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale.  L’ajout de lignes sécuritaires à leur disposition, non connues de leurs conjoints agresseurs, leur permet concrètement d’avancer vers une nouvelle vie sans violence ».

Si vous êtes une femme vivant dans un foyer violent ou si vous connaissez quelqu’un dans une telle situation, vous pouvez appeler la ligne d’assistance de votre maison d’hébergement locale 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 pour obtenir des conseils et du soutien. Trouvez une maison d’hébergement dans votre secteur et le numéro de sa ligne d’assistance au www.hebergementfemmes.ca/quebec.

En plus de l’annonce d’aujourd’hui, Rogers avait déjà fait savoir qu’elle ferait don de 300 téléphones et de forfaits visant à permettre aux jeunes du Québec de garder le contact avec des mentors. Ces services ont été prolongés de six mois afin de combler les besoins de connectivité pendant la deuxième vague de la pandémie. Les téléphones  et les forfaits sont notamment offerts à Grands Frères Grandes Sœurs du Grand Montréal pour aider les « petits » à garder un contact régulier avec leurs « grands », à Pflag Montréal pour permettre la tenue de séances de mentorat pour les jeunes LGBTQ2S+ et leur famille, ainsi qu’aux YMCA du Québec et à la Fondation pour les élèves de la Commission scolaire de la région de Sherbrooke pour qu’ils puissent proposer aux jeunes des programmes éducatifs virtuels.

À propos de Rogers

Rogers est une fière entreprise canadienne dont l’objectif est de donner plus de possibilités aux Canadiennes et aux Canadiens au quotidien. Notre fondateur, Ted Rogers, a acheté sa première station de radio, CHFI, en 1960. Rogers a évolué et occupe désormais une position de chef de file dans le domaine de la technologie et des médias. Elle est vouée à offrir le meilleur en matière de service sans-fil et résidentiel, de contenu sportif et de médias aux gens et aux entreprises d’ici. Ses actions sont inscrites à la Bourse de Toronto (TSX) sous les symboles RCI.A et RCI.B et à la Bourse de New York (NYSE) sous le symbole RCI. Pour en savoir plus sur nous, consultez aproposde.rogers.com.

 

- 30 -

Pour en savoir plus :

Rogers Communications, media@rci.rogers.com, 1‑844‑226‑1338

Partagez partager