Historique

Naissance et pérennisation d'une organisation de défense des femmes

En septembre 1986, à l’initiative de directrices de quelques maisons d’hébergement, la Fédération de ressources d'hébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec voit le jour. Deux années de rencontres informelles ont été nécessaires pour sa mise en place.

En mars 1987, les efforts des directrices se concrétisent : la Fédération reçoit les lettres patentes de son incorporation et le premier conseil d’administration est formé. Lors de sa création, la Fédération compte sept maisons membres et est dotée d'un secrétariat à temps partiel sans local officiel. 

Des appuis importants

En 1989-1990, la Fédération prend un envol important grâce à l’appui financier de la Chambre des notaires du Québec. La Fédération met sur pied une campagne de sensibilisation et assure la permanence de son secrétariat. Dans un deuxième temps, un montant significatif est remis à la Fédération, à la suite d'un événement rassembleur organisé par la Chambre des Notaires. 

En juillet 1991, la première présidente devient la première coordonnatrice, employée permanente du secrétariat de la Fédération. À cette date, la Fédération réunit vingt-et-une maisons membres.

La Fondation Jamais Plus est légalement constituée en corporation le 7 novembre 1991. Elle a pour mission d'appuyer financièrement les diverses activités de la Fédération et des maisons d’hébergement pour femmes. Les activités visent, d'une part, à sensibiliser la population au phénomène de la violence et, d'autre part, à prévenir ce problème croissant.

En 1993-1994, la Fondation « Jamais Plus » est très active, et ce, afin de récolter de fonds pour la Fédération et ses maisons membres, qui accueillent, hébergent et offrent un soutien à des femmes vivant de multiples problématiques sociales. Après quelques années d’effort, lelle est dissoute en 2003.

Au fil du temps, la Fédération réussit à faire reconnaître son expertise grâce à la détermination et à la persévérance des membres fondatrices. L’implication des directrices et des travailleuses des maisons d’hébergement est également une contribution capitale à l’essor de la Fédération. Celles qui ont repris le flambeau assurent ainsi une constante évolution, ainsi que la visibilité et l'engagement de la Fédération dans la communauté.

La Fédération fait peau neuve... tout en conservant sa mission ! 

Début 2014, la Fédération de ressources d'hégergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec (FRHFVDQ) se donne un nouveau nom, une nouvelle identité visuelle, une nouvelle charte et de nouveaux règlements généraux. Elle devient l'actuelle Fédération des maisons d'hébergement pour femmes (FMHF). Elle compte 36 maisons membres réparties dans 11 régions administratives du Québec, accueillant des femmes vivant de multiples problématiques sociales et leurs enfants. Elle travaille activement à la défense des droits et au développement de l'autonomie des femmes. La Fédération représente et fait valoir les orientations, les réalisations et les droits des maisons membres.

Du latin foedus qui signifie alliance, la Fédération a adopté un mode d'organisation dans laquelle chacune des maisons membres dispose d'une autonomie et délègue certains de ses pouvoirs à une instance provinciale, dotée d'une équipe de permanence, qui travaille en synergie avec les maisons membres, rassemble et mobilise. Cette alliance repose sur un échange de libres consentements. Les rapports qui s'établissent entre la Fédération et ses maisons membres sont à la fois marqués par une indépendance et une interdépendance définies ensemble ; les rôles, responsabilités et relations mutuelles sont clairement établis. Les maisons membres participent collectivement et non individuellement aux décisions. La Fédération et ses maisons membres assurent collectivement le respect des engagements et travaillent solidairement à l'atteinte des objectifs qu'elles se sont fixés. Dans une perspective d'éliminer les déterminants sociaux qui soutiennent la violence faite aux femmes et ses problématiques associées, la Fédération offre un appui quotidien à l'important travail réalisé en maison d'hébergement en répondant aux demandes de concertation, de recherche, de sensibilisation, de formation, d'information et de représentations de ses maisons membres auprès des instances publiques, politiques, universitaires et communautaires. 

Sans cesse, la Fédération sensibilise la population aux problématiques rencontrées. Par l'entremise de projets de recherche, elle œuvre au développement de la connaissance en matière de violence commise envers les femmes et leurs enfants.

La Fédération soutient le travail et l'expertise de ses maisons membres notamment par la mise en place de mécanismes de communication, le développement d'analyses critiques, de la formation adaptée, la production d'outils médiatiques, de gestion et d'information à l'intention de ses membres, de ses partenaires et du grand public.