Violence conjugale: dénoncer malgré le confinement de la COVID-19

20 Mars 2020

La pandémie de coronavirus ne doit pas devenir un obstacle pour s’affranchir d’un contexte de violence conjugale, selon des organismes d’aide. Ils rappellent aux victimes d’utiliser les ressources téléphoniques et appellent les proches à rester à l’écoute.

« Il ne faudrait pas que des victimes excusent des comportements violents à cause de la pandémie », mentionne Manon Monastesse, présidente de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes.

Le confinement recommandé par Québec et Ottawa pour limiter la propagation du virus place les victimes au coeur de nombreux éléments déclencheurs.