Violences conjugales : la maison Dalauze a besoin de l'argent promis

04 Mai 2020

« En plus des coûts associés à l’alimentation, à l’équipement, aux mesures sanitaires, on ajoute des pertes majeures, car nos activités d’autofinancement, comme les bingos, sont toutes annulées », affirme Danielle Mongeau, directrice générale. Et ce type d’événement n’est pas près de se relancer, « sachant que la clientèle est souvent âgée ».

L’établissement a reçu 10 000$ de la part du provincial. « C’est loin de couvrir tous les frais », regrette Mme Mongeau.