Les violences conjugales au temps de la COVID-19

28 Mai 2020

Le chiffre fait froid dans le dos. Au Canada, entre le 1er avril et le 4 mai 2020, neuf femmes ont été victimes de féminicide, contre cinq à pareille date il y a un an. Neuf victimes dont le seul tort était d’être nées femmes. Lorsque la pandémie de coronavirus a pris d’assaut le monde, une autre épidémie, plus sournoise, faisait déjà la une des journaux : la violence envers les femmes. Cette dernière n’a depuis guère cédé sa place au rang des dangers qui guettent les femmes aux prises avec un conjoint, un père, un frère, un amant violent. Ni au Québec ni ailleurs sur la planète.