Revue de presse

Journaux, télé, radio, médias sociaux.: pour tout savoir sur les sujets brûlants d'actualité ! 

Une spectacle-bénéfice pour la Maison Alice-Desmarais

20 Septembre 2019

La Maison Alice-Desmarais et la chanteuse Ivonne Fuentes unissent leurs forces afin de présenter Pour Alice, un spectacle-bénéfice permettant de financer une partie des services offerts à la maison d’hébergement venant en aide aux femmes, avec ou sans enfants, vivant de la violence conjugale.

Trois expositions le 20 septembre pour redonner espoir aux femmes victimes

13 Septembre 2019

Saviez-vous qu’au Québec, une fille sur trois est victime d’agression sexuelle avant d’atteindre l’âge de 18 ans? Cette statistique demeure la même pour les femmes adultes. Pour redonner espoir aux femmes victimes de violence sexuelle, six organismes de la région tiendront une activité en simultané dans le cadre de la Journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes. Celle-ci se tiendra dans les MRC de Beauharnois-Salaberry, du Haut-Saint-Laurent et de Vaudreuil-Soulanges, le 20 septembre de 17h à 19h, à La Factrie de Salaberry-de-Valleyfield , au Centre culturel Barberivain de Sainte-Barbe et à La Posta Café Bistro de Coteau-du-Lac.

Des projets pour mieux rayonner à la Maison Simonne-Monet-Chartrand

14 Août 2019

Plusieurs projets émaneront de la Maison Simonne-Monet-Chartrand (SMC) au cours des prochains mois, soulignant par l’occasion ses 35 ans d’existence. La majorité des projets seront présentés lors d’un gala, le cocktail Wow, en octobre, où seront conviés les partenaires. D’ici là, la directrice générale, Hélène Langevin, a accepté d’en présenter quelques-uns au Journal. En préambule, elle raconte que l’équipe de la Maison SMC a, depuis 2014, complètement changé l’image de l’organisme qui accueille des femmes violentées ou sans domicile. « On a tout repassé afin qu’il y ait une meilleure cohérence. On voulait aussi s’actualiser afin d’assurer une pérennité parce que malheureusement, on a encore besoin de nous en 2019. On veut se positionner dans la communauté avec plus d’envergure et moins comme un organisme qui quémande », indique-t-elle.

30 ans à accompagner les femmes violentées, les enfants et à briser les tabous

04 Août 2019

Dévoué à la cause féminine, aux luttes, à la mobilisation et constituant une ressource d’aide, d’hébergement, de support, l’organisme Regard en Elle accueille des femmes violentées, seules ou accompagnées d’enfants depuis 30 ans. À travers les années, on tend à dénoncer un fléau, répondre à des besoins spécifiques et permettre à des femmes de reprendre leur vie en main. Lancé il y a 30 ans, Regard en Elle a continué ses démarches pour éradiquer la violence et donner la chance aux femmes de se libérer.

Les leçons tirées de l’affaire Shafia, 10 ans plus tard

30 Juillet 2019

Dix ans après que l’affaire Shafia eut consterné le Québec, les intervenants disent avoir tiré des leçons et développé des stratégies pour aider les femmes victimes de violences liées à l’honneur. (...)  Avec les maisons d’hébergement qui débordent et les services sociaux qui peinent à répondre à la demande, le Québec n’est pas à l’abri d’un nouveau drame à la Shafia, croient les intervenants. Aujourd’hui, la majorité des refuges acceptent les femmes qui sont à risque de violence basée sur l’honneur, note Claudine Thibaudeau de SOS violence conjugale. Mais quand une personne appelle pour trouver un hébergement d’urgence, il se peut qu’on lui réponde : « désolé, il n’y a plus de places » aujourd’hui dans votre secteur. C’est ce que l’organisme a dû répondre à 2805 reprises à des victimes potentielles de toutes formes de violence au cours de l’année 2018-2019 en raison du manque de places criant dans les ressources.

Les Demois’ailes sont arrivées à bon port!

15 Juillet 2019

Les Demois’ailes ont connu leur moment de gloire dès leur arrivée à la place des Canotiers à Shawinigan, dimanche après-midi. De nombreux partisans étaient présents pour accueillir les 38 coureuses qui ont parcouru un total de 750 km à relais pendant quatre jours. (...) Les femmes étaient divisées en huit équipes et chacune d’elles devait courir 10 km toutes les huit heures pour un total individuel de 100 km. Les Demois’ailes ont réalisé cette course à relais dans l’objectif d’amasser des fonds pour les maisons d’hébergement Le FAR, La Séjournelle et De Connivence. «On donne aussi à dix autres maisons qui sont sur notre parcours et qui sont des maisons qui nous ont aidées dans les campagnes de financement», précise Mme Damphousse.

Des femmes victimes de violence conjugale sans logements en Outaouais

11 Juillet 2019

Les maisons d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale sonnent l'alarme. Elles réclament une rencontre d'urgence avec le CISSS de l'Outaouais. Encore une fois, la pénurie qui sévit dans la région cause problème. Les sept organismes de l'Outaouais qui viennent en aide aux femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants n'arrivent plus à trouver du logement permanent pour leur clientèle

Départ des Demois’ailes

10 Juillet 2019

C’est mercredi matin que les 38 femmes qui participent au Défi des Demois’ailes ont lancé la septième édition du défi au Centre athlétique de Trois-Rivières. La course à relais d’un total de 750 km s’effectuera jusqu’à dimanche. Les femmes sont divisées en huit équipes et chacune d’entre elles court 10 km toutes les huit heures pour un total individuel d’environ 100 km. Toutes ces femmes proviennent de la Mauricie et participent au défi pour amasser des fonds pour les maisons d’hébergement Le FAR et La Séjournelle qui aident les femmes et enfants victimes de violence conjugale. 

Des Demois’ailes relèvent un défi

09 Juillet 2019

À l’occasion de la septième édition du «Défi Des Demois’ailes» qui a lieu du 10 au 14 juillet, une quarantaine de femmes de la Mauricie et du Centre-du-Québec vont courir 750 km à relais à travers le Québec. Leur cause? Aider et soutenir les maisons d’hébergement qui viennent en aide aux femmes et aux enfants victimes de violence conjugale. 

Le Collège des médecins refuse d'écouter les femmes

06 Juillet 2019

"C’est mon corps, je suis consciente des risques possibles, laissez-moi donc choisir ! " Des témoignages comme ça, le Regroupement Naissance-Renaissance en reçoit beaucoup. C’est ce qui nous a convaincus de former la Collective du 28 mai, constituée de groupes féministes pour dénoncer ces violences. Le 28 mai dernier, nous avons lancé un appel aux témoignages dans le but de faire réaliser aux instances de santé publique la nature systémique de ces violences, loin d’être des cas isolés.

La DPJ privée d’informations essentielles à la protection de Rosalie Gagnon

15 Mai 2019

L'enquête sur la mort de Rosalie Gagnon, cette fillette de 2 ans retrouvée morte à Québec en avril 2018, révèle que les communications entre la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) et le centre d'hébergement où a séjourné la mère de l'enfant étaient déficientes. La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) a publié mercredi certaines conclusions de son enquête sur le décès de la petite Rosalie.

Mort de Rosalie: la DPJ et une maison d’hébergement mises en cause: entrevue

15 Mai 2019

Entrevue de Manon Monastesse, directrice de la FMHF, chez Denis Lévesque sur TVA Nouvelles. 

Mort d'une fillette à Québec en 2018: encore un cafouillage

15 Mai 2019

Encore une fois, le décès d'une enfant soulève des questions sur la cohérence de l'intervention des différents acteurs impliqués dans l'appareil de protection de la jeunesse. Dans un rapport d'enquête présenté mercredi, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) pointe du doigt des problèmes de communication entre deux organismes précédant le décès de Rosalie Gagnon, cette fillette de deux ans retrouvée morte dans une poubelle de Charlesbourg le 18 avril 2018.

Mort de la petite Rosalie : Entrevue avec Manon Monastesse, directrice de la FMHF

15 Mai 2019

Entrevue de Manon Monastesse, directrice de la FMHF, chez Annie Desrochers dans le 15-18 . 

CDPDJ conclut à un cafouillage de communication

15 Mai 2019

Si elle accueille favorablement les recommandations de la Commission touchant la coordination entre la DPJ et les maisons d’hébergement, la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes (FMHF) pointe néanmoins du doigt l’absence d’action face à des recommandations émises il y a trois ans. La Fédération avait participé aux travaux d’un comité mis sur pied par le ministère de la Santé et des Services sociaux sur la problématique des enfants exposés à la violence conjugale et familiale. Le rapport de ce comité, publié en 2015, proposait plusieurs démarches, mais « très peu ont été mises en place », souligne-t-elle.

Les voix des femmes pour l’Auberge Madeleine !

10 Mai 2019

Mercredi soir, le Théâtre Paradoxe nous invitait à une soirée-bénéfice mettant à l’honneur l’Auberge Madeleine qui se donne pour mission d’accueillir les femmes ayant des soucis d’itinérance. Sous l’animation de la chroniqueuse Judith Lussier, les artistes Fanny Bloom, Beyries, Frannie Holder, Safia Nolin et Charlotte Cardin se sont suivies à tour de rôle pour mettre à l’honneur les femmes.

Les élèves du secondaire dans les « Couloirs de la violence amoureuse »

09 Mai 2019

L’invitation à entrer dans ce labyrinthe des différentes étapes de la violence amoureuse est une initiative de la Table de concertation en violence conjugale et familiale de Portneuf. La coordonnatrice Marie-Michelle Poulin note que les jeunes sensibilisés à ce problème, deviendront eux-mêmes des agents de sensibilisation autour d’eux.

8e édition du spectacle-bénéfice de l'Auberge Madeleine

06 Mai 2019

Entrevue avec Judith Lussier, chroniqueuse, auteure, animatrice: 8e édition du spectacle-bénéfice de l'Auberge Madeleine. L’itinérance au féminin, une problématique grandissante au Québec.  Entrevue à partir de 18min56

Un 1er mai féministe et solidaire pour les travailleuses communautaires

03 Mai 2019

Le 1er mai, plus d’une centaine de personnes provenant de divers organismes ont marché dans les rues de Longueuil pour revendiquer de meilleures conditions pour les travailleurs communautaires et pour dénoncer les effets de la précarité vécue. Ces personnes répondaient à l’invitation du Comité d’actions féministes de l’agglomération de Longueuil (CAFAL) et avaient pour destination finale le bureau de circonscription du ministre Lionel Carmant, délégué à la santé et services sociaux, sur le boul. Roland-Terrien.

1 femme sur 5 qui quitte un refuge retourne chez son agresseur, selon des données

17 Avril 2019

Une femme sur cinq qui a quitté un refuge pour victimes de violence est retournée vivre avec son agresseur, a dévoilé Statistique Canada qui a réalisé un «instantané» de la situation l’an dernier. Des femmes qui y retournent malgré le risque, car le refuge ne peut les garder plus longtemps, parce qu’elles n’ont pas d’argent pour un logement, ou parfois parce qu’elles croient que c’est la meilleure façon de protéger leurs enfants, a souligné Manon Monastesse, directrice générale de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes. Dans cette analyse dévoilée mercredi, l’organisme fédéral de statistiques a choisi une journée précise pour colliger ses données: le 18 avril 2018.

Pages