Revue de presse

Journaux, télé, radio, médias sociaux.: pour tout savoir sur les sujets brûlants d'actualité ! 

Au Québec, un bouton panique pour les victimes de violences conjugales

29 Mars 2018

Au Québec, un système d'alarme va permettre aux femmes victimes de violences conjugales d'alerter la police depuis chez elles si elles se sentent en danger. Un protocole qui permettra des interventions plus adaptées et efficaces. Le protocole gratuit s'appelle ISA soit Installation de Système d'Alarme. Il est mis en place par le Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL) en partenariat avec l'Indemnisation des victimes d'actes criminels (IVAC), le Centre d'aide aux victimes d'actes criminels (CAVAC) et les maisons d'hébergement Carrefour pour Elle et le Pavillon Marguerite de Champlain.

Une alarme pour les victimes de violence conjugale

26 Mars 2018

 Des femmes victimes de violence conjugale de l’agglomération de Longueuil pourront se sentir plus en sécurité en portant un bouton panique qui leur permettra de communiquer rapidement avec les policiers lorsqu’elles se sentent en danger. Les signataires incluent la direction de l’IVAC (Indemnisation des victimes d’actes criminels), les maisons d’hébergement Carrefour pour Elle, le Pavillon Marguerite de Champlain et le Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC).

Un système d'alarme pour des femmes victimes de violence conjugale à Longueuil

26 Mars 2018

Des femmes victimes de violence conjugale de l'agglomération de Longueuil pourront se sentir plus en sécurité en portant un bouton panique qui leur permettra de communiquer rapidement avec les policiers lorsqu'elles se sentent en danger. Les signataires incluent la direction de l'IVAC (Indemnisation des victimes d'actes criminels), les maisons d'hébergement Carrefour pour Elle, le Pavillon Marguerite de Champlain et le Centre d'aide aux victimes d'actes criminels (CAVAC).

Longueuil: un système d'alarme pour des femmes victimes de violence conjugale

26 Mars 2018

Des femmes victimes de violence conjugale de l'agglomération de Longueuil pourront se sentir plus en sécurité en portant un bouton panique qui leur permettra de communiquer rapidement avec les policiers lorsqu'elles se sentent en danger. Les signataires incluent la direction de l'IVAC (Indemnisation des victimes d'actes criminels), les maisons d'hébergement Carrefour pour Elle, le Pavillon Marguerite de Champlain et le Centre d'aide aux victimes d'actes criminels (CAVAC).

Un système d’alarme pour les victimes de violence conjugale

26 Mars 2018

Des femmes victimes de violence conjugale de l’agglomération de Longueuil pourront se sentir plus en sécurité en portant un bouton panique qui leur permettra de communiquer rapidement avec les policiers lorsqu’elles se sentent en danger. Ce nouveau système d’alarme permettra à la police de l’agglomération d’intervenir de façon plus efficace auprès de femmes qui auront été préalablement identifiées comme étant «très à risque» par l’un des signataires d’un protocole à cet effet. Les signataires incluent la direction de l’IVAC (Indemnisation des victimes d’actes criminels), les maisons d’hébergement Carrefour pour Elle, le Pavillon Marguerite de Champlain et le Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC).

Violence conjugale à Longueuil: vers un système d'alarme

26 Mars 2018

Des femmes victimes de violence conjugale de l'agglomération de Longueuil pourront se sentir plus en sécurité en portant un bouton panique qui leur permettra de communiquer rapidement avec les policiers lorsqu'elles se sentent en danger. Les signataires incluent la direction de l'IVAC (Indemnisation des victimes d’actes criminels), les maisons d'hébergement Carrefour pour Elle, le Pavillon Marguerite de Champlain et le Centre d'aide aux victimes d'actes criminels (CAVAC). Entrevue de Manon Monatesse, directrice de la FMHF,  disponible !

Un « bouton panique » pour les femmes violentées à Longueuil

26 Mars 2018

Le Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL) offre désormais à des femmes victimes de violence conjugale la possibilité d'utiliser un service d'alerte personnalisée pour demander l'aide des policiers. Grâce à lui, des femmes ayant déjà été agressées et qui se sentiraient en danger pourront utiliser un « bouton-panique », qui permettra aux agents d'accéder rapidement au dossier de la victime, dans lequel se trouvera par exemple des informations sur le conjoint ou l'ex-conjoint agresseur.

Longueuil unveils alarm system for domestic violence victims

26 Mars 2018

Victims of domestic abuse in Longueuil may start feeling a bit safer, as the city rolled out a new alarm system geared specifically towards them on Monday. Carmen, the first person to receive the new alarm, asked not to have her last name used for her own safety. She said that once her ex-partner gets out of prison, she’s convinced he will try to get in contact with her and the device is helping her feel safer in her own home with her six-year-old child.

Longueuil: un bouton panique pour les victimes de violence conjugale

26 Mars 2018

En collaboration avec divers partenaires, dont deux ressources d’hébergement, le SPAL a signé le protocole ISA qui permettra de doter gratuitement les femmes victimes de violence conjugale d’un système d’alarme sous forme d’un bouton panique portatif relié à une centrale. Lors du déclenchement d’une alarme, la centrale avisera immédiatement les policiers qui seront du même coup informés qu’il s’agit d’un endroit à risque, en plus de recevoir des informations préalablement consignées au dossier.

Un système d’alarme pour les victimes de violence conjugale

26 Mars 2018

Les femmes concernées par ce protocole disposeront d’un système d’alarme et d’un bouton panique qui, en cas de déclenchement, permettra aux policiers d’identifier directement le lieu et les risques importants de violences conjugales pour intervenir rapidement. À l’initiative de plusieurs organismes d’aide aux victimes et des maisons d’hébergement Carrefour pour Elle et Pavillon Marguerite de Champlain, le dispositif a pour objectif d’augmenter la sécurité des femmes pouvant en bénéficier.

Desjardins octroie 127 000$ à 14 organismes

23 Mars 2018

La Caisse Desjardins Saint-Raymond – Sainte-Catherine octroie 127 000$ pour la réalisation de projets de 14 organismes de son territoire en 2018. Le projet de maison second répit de la Maison Mirépi obtient 30 000$. Le Club nautique du lac St-Joseph reçoit 20 000$ pour l’achat d’un zodiaque et l’enseignement de la voile.

Violences faites aux femmes: les enjeux juridiques

16 Mars 2018

Dans la continuité de la Journée internationale des droits des femmes, les organismes Inform’elle, Carrefour pour Elle et le Centre des femmes de Longueuil ont organisé un panel sur les enjeux juridiques des violences faites aux femmes auquel ont participé une cinquantaine de personnes le 9 mars, à Longueuil. L’organisme Inform’elle s’est  joint à la maison d’aide et d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale Carrefour pour Elle et au Centre des femmes de Longueuil pour se pencher sur ces enjeux juridiques.

Les violences sexuelles contre les femmes locataires doivent cesser !

12 Mars 2018

Mélanie a été agressée sexuellement par son propriétaire, chez elle, après que celui-ci l’ait droguée; Rigorta, par son concierge, suite à des menaces et des gestes violents; Nathalie, par son propriétaire, après des mois de harcèlement, de commentaires sexistes, de regards et de gestes déplacés. Quand cette dernière est allée voir la police, elle n’a pas été prise au sérieux. Les femmes victimes de leur propriétaire, co-chambreur, concierge ou gestionnaire d’immeuble sont le plus souvent en situation de vulnérabilité et de précarité. Ces agressions étant commises dans la sphère privée, les femmes qui en sont victimes restent souvent invisibles, tant la loi du silence et la pauvreté les contraignent à se taire, de peur, entre autre, de perdre leur logement. Lettre ouverte dans le cadre de la campagne pour la lutte contre le harcèlement et violence sexuelle envers les femmes locataires, à laquelle la FMHF participe.  Pour consulter la lettre ouverte, cliquer ici 

Les ressources manquent pour les femmes handicapées victimes d'agressions sexuelles

09 Mars 2018

La question du harcèlement et des agressions sexuelles a fait les gros titres ces derniers mois. Si les mouvements #metoo ou #moiaussi et #balancetonporc ont permis de libérer la parole de millions de femmes à travers le monde, ce mouvement pourrait en avoir oublié bien d'autres. Manon Monastesse est directrice générale de la Fédération des maisons d'hébergement pour femmes. Selon elle, il existe un petit nombre de maisons d'hébergements capable d'héberger des femmes dans cette situation. L'accessibilité n'est pas complète et les ressources manquent. «La situation est telle que oui on peut les héberger, mais malheureusement on manque de ressources. Il y a toujours quelques maisons qui sont aménagées, certaines ont des rampes d'accès, mais elles n'ont pas nécessairement une toilette aménagée», explique-t-elle.

In remote parts of Quebec, some victims of domestic abuse drive 100s of kilometres to escape violence

08 Mars 2018

Women fleeing domestic abuse in Quebec's more remote regions sometimes have to drive for hours to find a safe place to go. Women's shelters across the province say despite recent investments by the provincial government to counter sexual abuse, when it comes to fighting domestic violence, there are still dire needs. "The first obstacle is even to get to the shelter," said Manon Monastesse, the head of Quebec's Federation of Women's Shelters, which counts 36 establishments across Quebec. The Maison d'hébergement l'Aquarelle in Chibougamau  — one of the only resources available to women in northern Quebec — fields calls from women as far away as Whapmagoostui, a Cree village on Hudson Bay accessible only by plane, and a three-hour flight away.

9 gars qui n’ont pas peur du féminisme

07 Mars 2018

e prince Harry, Matt Damon, Justin Timberlake, Barack Obama, Justin Trudeau, Ryan Gosling… Ces dernières années, plusieurs figures masculines influentes ont fait leur coming out féministe. Au Québec aussi, des personnalités de divers horizons soutiennent publiquement la cause des femmes. Le rappeur Koriass, par exemple. Celui qui se qualifie de « natural born féministe » a participé l’an dernier à une tournée dans les cégeps pour sensibiliser les jeunes à la notion de consentement sexuel. D’autres se sont élevés récemment contre les violences faites aux femmes à l’occasion de l’événement Déjeuner des hommes, animé par le cinéaste Will Prosper.

D'autres fonds pour les victimes de violence

07 Mars 2018

n cette veille du 8 mars, Journée internationale des femmes, Québec a annoncé des investissements supplémentaires pour venir en aide aux femmes victimes de violence. Une première somme de 13 millions $ sur trois ans faisait partie d’une enveloppe plus globale de 25 millions $ qui avait déjà été annoncée, à la mi-décembre dernier, mais qui n’avait pas été ventilée. (...)  Manon Monastesse, directrice provinciale de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes, a reçu favorablement l’annonce de 6,4 millions $ pour les groupes en matière de violence conjugale. «C’est un certain engagement», a-t-elle admis, en prenant soin d’ajouter que c’est loin de répondre à l’ensemble des besoins. Selon elle, il faudrait 48 millions $ uniquement pour la centaine de maisons d’hébergement.

Deux organismes pour femmes itinérantes crient à l’injustice

07 Mars 2018

Après des années à garder un profil bas, Le Chaînon et le Pavillon Patricia Mackenzie crient aujourd’hui à l’injustice. Les deux institutions incontournables dans l’aide aux femmes en difficulté de Montréal reprochent à l’État québécois de leur allouer des sommes nettement inférieures à celles octroyées aux refuges pour hommes itinérants « On n’est pas financé par le gouvernement à la hauteur de nos besoins. C’est inéquitable par rapport aux maisons pour hommes », poursuit la directrice générale du Chaînon, Marcèle Lamarche. Les deux organismes qui accueillent chaque nuit sous leur toit des dizaines de femmes en difficulté, dont des femmes en situation d’itinérance, carburent aux collectes de fonds. En effet, plus ou moins 90 % de leurs revenus proviennent de donateurs.

Resources for sexual violence victims get funding

07 Mars 2018

Réaction de Manon Monastesse, directrice de la Fédération des maisons d'hébergement pour femmes, à la suite de l'annonce des ministres Charlebois et David concernant les 6.4 millions destinés aux maisons d'hébergement de première et deuxième étape. 

Québec annonce d’autres fonds pour les femmes victimes de violence

07 Mars 2018

En cette veille du 8 mars, Journée internationale des femmes, Québec a annoncé des investissements supplémentaires pour venir en aide aux femmes victimes de violence. (...)  Manon Monastesse, directrice provinciale de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes, a reçu favorablement l’annonce de 6,4 millions pour les groupes en matière de violence conjugale. « C’est un certain engagement », a-t-elle admis, en prenant soin d’ajouter que c’est loin de répondre à l’ensemble des besoins. Selon elle, il faudrait 48 millions uniquement pour la centaine de maisons d’hébergement.

Pages