Revue de presse

Journaux, télé, radio, médias sociaux.: pour tout savoir sur les sujets brûlants d'actualité ! 

Maisons d’hébergement pour femmes: combien de places manquantes?

20 Août 2020

 Au Québec, le nombre de places manquantes dans les maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale demeure une énigme. Questionnée à ce propos mardi, la ministre de la Condition féminine, Isabelle Charest, a été incapable de donner un chiffre. Chose certaine, selon la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes, les sommes annoncées ne réussiront pas à combler tous les besoins. Au printemps, elle estimait le manque à gagner annuel à environ 43 millions $.

Maisons d'hébergement pour femmes : des milliers de demandes refusées

20 Août 2020

Manon Monastesse, dg et porte- parole de la FMHF, répond aux questions de Patrick Lagacé dans l'émission Le Québec maintenant sur 98,5 fm. L'occasion pour la porte-parole de la FMHF d'aborder les enjeux et besoins des maisons d'hébergement pour mieux répondre à la demande des femmes et enfants violentés.

Maisons pour femmes : Isabelle Charest ne peut chiffrer les places manquantes

19 Août 2020

Isabelle Charest, ministre responsable de la Condition féminine, n’a pas été en mesure de déterminer le nombre de places manquantes dans les maisons d’hébergement pour femmes violentées. La Fédération des maisons d’hébergement pour femmes estime toutefois que les sommes annoncées insuffisantes pour combler les besoins criants. Le manque à gagner s’élève à environ 43 millions. L’an dernier, pas moins de 15 000 demandes d’hébergement ont été refusées, faute de place, indique la ministre. Elle ne disposait pas d’informations précises sur le nombre de signalements de violence conjugale, à savoir s’ils avaient augmenté ou diminué durant la crise sanitaire.

Les femmes qui veulent se rendre en maison d'hébergement ne doivent pas craindre les contaminations

19 Août 2020

Entrevue avec Manon Monastesse, directrice générale de la Fédération des maisons d'hébergement pour femmes : La ministre de la Condition féminine avoue ne pas pouvoir chiffrer le nombre de places manquantes dans les maisons d’hébergement pour femmes.

Québec ignore combien de places sont manquantes dans les maisons d'hébergement pour femmes

19 Août 2020

Questionnée à ce propos mardi, la ministre de la Condition féminine, Isabelle Charest, a été incapable de donner un chiffre. «Je n’ai pas cette information-là», a-t-elle admis, lors de l’étude des crédits budgétaires 2020-2021 alloués à la condition féminine. La ministre devait défendre sa gestion et ses choix budgétaires, en répondant pendant deux heures aux questions de l’opposition. La question du nombre de places à créer pour répondre aux besoins des maisons d’hébergement est venue de la porte-parole libérale en matière de condition féminine, la députée Isabelle Melançon, qui estime le nombre manquant à environ 1000 places.

Québec accordera 70 M$ à des organismes communautaires frappés par la COVID-19

13 Août 2020

Avec la COVID-19, des milliers d'organismes communautaires du secteur de la santé et des services sociaux peinent à récolter autant d’argent qu'auparavant. Lionel Carmant a annoncé un financement de 70 millions de dollars pour qu'ils puissent continuer à jouer leur rôle névralgique. En juin, Québec avait déjà versé 20 millions de dollars aux organismes communautaires, dont 2 millions aux banques alimentaires et 2,5 millions aux maisons d'hébergement pour les femmes victimes de violence conjugale.

Inquiétude pour les victimes de violence conjugale

13 Août 2020

Si le téléphone s'est remis à sonner depuis le déconfinement dans les centres d'hébergement venant en aide aux femmes et aux enfants, on craint que les répercussions de l'isolement prolongé s'étirent dans le temps. Karine Gendron, directrice générale à la maison d'hébergement Le FAR, pense que les répercussions de l'isolement dans lequel ont été plongées les victimes se mesureront sur des mois, voire des années.

Violence sexuelle: seulement 4 hôpitaux montréalais équipés pour recevoir les victimes

07 Août 2020

À Montréal, le réseau de la santé a désigné 4 hôpitaux sur 18 pour offrir de l’accompagnement aux victimes de violence sexuelle. Une personne qui se présente dans un hôpital non-désigné après une agression sera donc redirigée, des fois à des dizaines de kilomètres de son domicile. La Fédération des maisons d’hébergement pour femmes (FMHF) du Québec a longtemps milité pour un système par centres désignés, affirme sa directrice générale, Manon Monastesse. «C’est important parce que ce sont des personnes formées dans le savoir-être avec les victimes», avance-t-elle. Le nombre de sites désignés fait toutefois défaut, ajoute la porte-parole. «Bien sûr, il devrait y en avoir plus», lance Mme Monastesse.

Un défi des Demois'ailes à deux mètres de distance

13 Juillet 2020

Le 8e défi des Demois'ailes s'est conclu dimanche à Saint-Boniface. L'événement qui vise à amasser des fonds pour les femmes et les enfants victimes de violence conjugale a été bien différent cette année. Elles devaient parcourir 100 kilomètres en cinq jours. L'événement vise à amasser des fonds pour les femmes et les enfants victimes de violence conjugale. La violence conjugale et les femmes en difficulté, ça n'arrête jamais. Ce n'est pas un problème qui émerge d'une pandémie. Quand le conjoint est à la maison, la femme est dans l'impossibilité de communiquer avec nous. C'est difficile pour nous de pouvoir avoir des moments opportuns pour pouvoir échanger, indique la directrice générale de la maison d'hébergement Le Far, Karine Gendron.

M. Legault, plus que des remerciements : cap vers une société égalitaire !

23 Juin 2020

Monsieur Legault, vous avez reconnu que les femmes portent un lourd fardeau, durant la crise, mais toute l’année aussi. Il est donc essentiel qu’elles soient impliquées dans les discussions sur les choix de la société d’après. Évidemment, la ministre de la Condition féminine doit impérativement siéger au comité de relance. De plus, les femmes de la société civile – vos anges gardiennes - doivent également être présentes autour de la table.

Connectivité : un service essentiel pour les femmes du Québec victimes de violence familiale pendant la pandémie de COVID-19

17 Juin 2020

Rogers offre des téléphones assortis de forfaits Voix et données gratuits afin d’aider les femmes en situation de crise, en partenariat avec des refuges pour femmes situés à Montréal, à Québec, à Gatineau, à Trois-Rivières et à Sherbrooke, notamment à des maisons d'hébergement sous l'égide de la FMHF.

Refuges pour femmes dans le rouge

15 Juin 2020

Pour Manon Monastesse, de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes, Québec aurait pu aplanir la courbe bureaucratique davantage : « il y a toujours des délais, c’est constitutionnel, mais puisqu’on est en état d’urgence, le gouvernement aurait pu lever cette démarche qui est purement statutaire ».

Un don pour sécuriser les femmes

10 Juin 2020

De son côté, la directrice générale de la Maison Simonne-Monet-Chartrand, Hélène Langevin,  mentionne que ce don représente un « sérieux coup de main en cette période de la COVID-19. Une trousse de désinfection permettra de maintenir des normes élevées de conditions sanitaires. La Fondation Fémina est partenaire de notre maison depuis ses débuts et c’est avec une immense gratitude que nous la remercions chaleureusement à nouveau. »

Violence conjugale : la pandémie de l'ombre

03 Juin 2020

Du côté de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes, on remarque qu’il y a « beaucoup plus de références en situation de crise, donc quand les femmes appellent directement la police », depuis le début de la pandémie, relate la directrice générale Manon Monastesse.

Les violences conjugales au temps de la COVID-19

28 Mai 2020

Le chiffre fait froid dans le dos. Au Canada, entre le 1er avril et le 4 mai 2020, neuf femmes ont été victimes de féminicide, contre cinq à pareille date il y a un an. Neuf victimes dont le seul tort était d’être nées femmes. Lorsque la pandémie de coronavirus a pris d’assaut le monde, une autre épidémie, plus sournoise, faisait déjà la une des journaux : la violence envers les femmes. Cette dernière n’a depuis guère cédé sa place au rang des dangers qui guettent les femmes aux prises avec un conjoint, un père, un frère, un amant violent. Ni au Québec ni ailleurs sur la planète.

Violence conjugale et formation policière

25 Mai 2020

En cas d'incertitude, il [le policier] aurait pu entrer en contact avec une maison d'hébergement, une intervenante aurait pu parler directement avec Daphné et de faire l'évaluation de la situation, rapporte Manon Monastesse, DG de la FMHF. Le reportage débute vers la vingtième minute.

Violentées dans le secret du confinement

20 Mai 2020

« De plus en plus de femmes communiquent avec nous par les médias sociaux, parce que c’est parfois plus subtil pour elles de le faire par écrit », souligne Mme Monastesse. Par ailleurs, les appels entrecoupés sont aussi en augmentation, les femmes tentant de se cacher de leur conjoint violent et craignant d’être surprises par celui-ci en pleine conversation.

Fonds supplémentaires octroyés au pays et au Québec

12 Mai 2020

Au Québec, plus de 6,4 M$ sont déployés afin de soutenir les maisons d’hébergements et refuges pour femmes violentées. 

Violence conjugale et système judiciaire: des pratiques et préjugés qui mettent les victimes à risque

12 Mai 2020

Malgré un certain chemin parcouru, particulièrement depuis le mouvement #MoiAussi, une grande dichotomie s’observe encore entre le vécu des victimes de violence conjugale et les décisions rendues en droit familial, selon deux expertes interrogées par le journal. Au nom de l’intérêt de l’enfant, des décisions forcent des femmes à garder contact avec des ex-conjoints violents.

Violence conjugale: avec Transit Secours, Geneviève Caumartin rend hommage à sa mère

12 Mai 2020

Geneviève Caumartin souhaite faire la différence dans la vie de femmes violentées et les aider à quitter un foyer toxique. Pour ce faire, elle ouvrira une filière de Shelter Movers, soit Transit Secours, au Québec. Le service consiste à effectuer le déménagement et l’entreposage des meubles d’une femme qui souhaite quitter son domicile. Ces personnes seront dirigées par exemple par une maison d’hébergement. « On va communiquer ensuite avec la dame pour discuter et planifier avec elle le déménagement et s’assurer que tout est sécuritaire », indique Mme Caumartin.

Pages