Revue de presse

Journaux, télé, radio, médias sociaux.: pour tout savoir sur les sujets brûlants d'actualité ! 

Manon Monastesse et Nathalie Trottier à Tout le monde en parle

22 Avril 2020

Preuve que le confinement exacerbe les formes de violence conjugale: les appels de femmes en détresse ont augmenté de 20% dans les dernières semaines. Celles-ci appellent en chuchotant dans leur salle de bain, ou quand elles peuvent sortir de la maison. 

Manon Monastesse et Nathalie Trottier à Tout le monde en parle

20 Avril 2020

Manon Monastesse, directrice générale de la FMHF ainsi que Nathalie Trottier, survivante de la violence conjugale, étaient en entrevue avec Guy A. Lepage pour faire état de la situation concernant la violence conjugale et le confinement.

Les maisons d'hébergement pour femmes n'ont pas reçu les ressources promises

19 Avril 2020

Entrevue avec Hélène Langevin, directrice générale de la Maison d’Hébergement Simonne-Monet-Chartrand : La situation est toujours difficile pour les maisons d’hébergements pour femmes de la province.

Les femmes violentées en mode « survie » durant le confinement

18 Avril 2020

Selon la directrice de la Maison du cœur, un organisme de Québec qui vient en aide aux femmes violentées, les risques associés à la crise sanitaire ne devraient pas empêcher une femme d’endurer plus longtemps un conjoint violent. Il ne faut pas rester dans les milieux de violence, même si on est en cas de COVID. Vous êtes mieux de venir chez nous, dans nos maisons, que de rester dans la vôtre, insiste Édith Mercier.

#DefiRepousse19, une campagne pour les maisons d’hébergement pour femmes

17 Avril 2020

Une styliste et blogueuse originaire du Saguenay, Christiane Berthiaume, a lancé une campagne de sociofinancement visant à soutenir la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes, en invitant la population à donner pendant cette période de confinement un montant qui aurait été consacré en coiffure ou en soins esthétiques.

Violence conjugale et confinement: un cocktail explosif

16 Avril 2020

Si le confinement constitue une méthode efficace pour freiner la pandémie de COVID-19, ses effets pourraient s’avérer dévastateurs au chapitre des violences faites aux femmes. La situation préoccupe la directrice de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes, Manon Monastesse.

Des cas plus lourds à l’Escale de l’Estrie

16 Avril 2020

« C’est un élément qui me préoccupe beaucoup. On ne parle plus juste de violence verbale ou psychologique. Ce sont des cas plus lourds que d’habitude. Les femmes qui arrivent chez nous ont vécu de la violence sexuelle ou physique en plus grand nombre », se désole la directrice générale de l’Escale de l’Estrie, Céline Daunais-Kenyon.

Covid-19 : le Québec fait face à la recrudescence des violences familiales et conjugales

16 Avril 2020

C'est à cause de la prosmicuité induite par la cohabitation forcée, mais aussi parce que le confinement peut empêcher ces femmes d'appeler à l'aide : "Si elle appelle la police alors que le conjoint est dans la maison, il y a un risque accru d'homicide, explique Manon Monastesse, directrice de la Fédération des maisons d'hébergement.

Hausse du nombre d’appels à la ligne SOS Violence Conjugale

15 Avril 2020

On remarque une augmentation de plus de 15% des appels à la ligne SOS violence conjugale, rappelle Mme Langevin. Plusieurs femmes hésitent encore à demander de l’aide, puisque l’agresseur est toujours présent à la maison, dit-elle. «Les femmes doivent continuer à dénoncer et à prendre action pour sortir de leur situation, malgré la pandémie. Notre ligne d’information, de référence et d’écoute empathique (450 658-9780) est toujours active et il nous reste quelques places en hébergement», précise Mme Langevin.

Les besoins en soutien aux femmes victimes de violence conjugale sont essentiels

14 Avril 2020

En ces temps de crise, les besoins en hébergement et en soutien aux femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants sont fondamentaux. L’appui indéfectible des donateurs est essentiel, rappelle la Fondation Maison Simonne-Monet-Chartrand.

Être confinée avec son agresseur

09 Avril 2020

Les groupes d’aide aux victimes de violence conjugale craignent une hausse des féminicides, le confinement empêchant ces femmes d'appeler à l'aide. Le reportage de Sophie Langlois qui contient des interventions de Manon Monastesse, la dg de la FMHF.

Violence conjugale : davantage d'appels à l'aide

08 Avril 2020

Coincées avec leur bourreau 24 heures sur 24, les femmes victimes de violence conjugale sont nombreuses à chercher de l'aide. Un reportage de Geneviève Garon de Radio-Canada, ponctué d'interventions de Manon Monastesse, dg de la FMHF.

Violence conjugale : la Maison La Source se prépare à l’après-crise

08 Avril 2020

L’organisme est d’ailleurs déjà à préparer l’après-crise de la COVID-19. « Comme nous prévoyons avoir plus de demandes, il faudra veiller sur nos équipes de travail. Parmi ce qui a été annoncé par le gouvernement, il faudra prévoir des sommes pour avoir plus de personnel sur le plancher », plaide la directrice de la Maison La Source.

Violence conjugale : davantage d'appels à l'aide

08 Avril 2020

Avec le confinement dû à la pandémie du COVID-19, la violence conjugale est une problématique encore plus présente. Malheureusement, beaucoup de femmes n'osent pas dénoncer puisqu'elles sont confinées avec leur conjoint violent.  Un reportage de Geneviève Garon de Radio-Canada, ponctué d'interventions de Manon Monastesse, dg de la FMHF. Il est à noter que le reportage se déroule au Radiojournal de 8h, et qu'il débute à 5:36 min.

Violence conjugale: vivre une crise, pendant la crise

06 Avril 2020

Un constat que partage et confirme Carmen Paquin, directrice de la Maison Alice-Desmarais. « En temps normal, il y a déjà beaucoup de contrôle et de domination de la part du conjoint. Être à temps plein ensemble, à la maison, ce pouvoir devient absolu. Quand on se transpose dans le contexte actuel, si le conjoint ne travaille plus, il est sans cesse à la maison. C’est plus difficile pour la conjointe de nous appeler ou de préparer son départ, car elle est plus surveillée, plus contrôlée », explique-t-elle.

De l’aide pour les victimes de violence conjugale

06 Avril 2020

L’organisme souhaite mettre l’expertise d’avocats en droit familial à la disposition des femmes qui hésitent non seulement à quitter le domicile familial, mais également à celles qui ont déjà fui leur agresseur, mais qui doivent rester en contact en raison de la garde d’enfants.

Défis nombreux pour les maisons d’hébergement

06 Avril 2020

Les femmes sont plus réticentes à chercher de l’aide. « C’est très difficile de quitter le domicile », indique Édith Mercier, de l’Alliance des Maisons d’Hébergement de la Capitale-Nationale. « Elles vont se retrouver sans revenu et elles préfèrent rester dans leur milieu avec le conjoint que de venir en maison d’hébergement. »

Aide juridique: ligne gratuite pour les victimes de violence conjugale

06 Avril 2020

Selon Juripop, le contexte de pandémie accentue la problématique de violence conjugale et la ligne permettra de répondre à des questions notamment sur la garde des enfants, «un important un levier de contrôle pour les agresseurs», a-t-on souligné.   La ligne téléphonique 1 844 312-9009 est fonctionnelle du lundi au jeudi de 9h à 21h, le vendredi de 9h à 16h et les samedis et dimanches de 13h à 19h.  

Quand le confinement devient dangereux en cas de violence conjugale

06 Avril 2020

L'isolement à la maison, facteur de protection pour éviter d'attraper le coronavirus, peut devenir encore plus étouffant pour les femmes qui sont prises au piège dans des relations abusives. Le service québécois d'urgence SOS violence conjugale a vu les appels à l'aide augmenter en nombre depuis la mise en place des mesures de confinement. Le reportage de Myriam Fimbry, avec entre autres, les interventions de Manon Monastesse, dg de la FMHF.

Un hébergement alternatif pour les maisons pour femmes

02 Avril 2020

Comme plusieurs autres responsables de maisons d’hébergement de la région, Marie-Claude Bouchard, du Centre féminin du Saguenay, a accueilli avec soulagement, mercredi matin, un courriel du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la région confirmant que les ressources pourraient bénéficier d’une structure d’hébergement alternative pendant la crise. Des sommes seront également dédiées aux maisons d’hébergement afin de les aider à faire face à la crise pour l’achat de matériel sanitaire et couvrir le déploiement de ressources supplémentaires.

Pages