Revue de presse

Journaux, télé, radio, médias sociaux.: pour tout savoir sur les sujets brûlants d'actualité ! 

Les thérapies pour hommes divisent

24 Février 2020

Bien que les organismes communautaires offrant des thérapies pour hommes violents n’adhèrent pas tous entièrement à la définition de la violence conjugale établie par le gouvernement du Québec — qui stipule qu’il ne s’agit pas d’une perte de contrôle de la part de l’agresseur, mais plutôt d’un désir de contrôler l’autre –, leur financement public a explosé au cours des trois dernières années.

Violence conjugale : les organismes ne s'entendent pas sur la définition

24 Février 2020

Entrevue avec Catherine Bolduc, directrice de l’organisme d’aide Option et avec Manon Monastesse, directrice générale de la Fédération des maisons d'hébergement pour femmes : Certains organismes d’aide pour hommes et pour femmes ne s’entendent pas sur l’exactitude de la définition de la violence conjugale utilisée par le gouvernement.

Cinquième édition de «Pour femmes seulement»

19 Février 2020

Cinq ans, cinq femmes, cinq étoiles. Organisée à l’occasion de la Journée de la femme, la 5e édition de l’événement Pour femmes seulement aura lieu le vendredi 13 mars au centre multifonctionnel Rolland-Dion de Saint-Raymond. Le billet pour la soirée est au coût de 35$ par personne et tous les profits seront remis à la maison Mirépi.

Spectacle-bénéfice : des artistes se mobilisent contre la violence conjugale

17 Février 2020

Ingrid Falaise sera entourée de plusieurs artistes pour venir en aide aux femmes et aux enfants victimes de violence conjugale. Tout comme Debbie Lynch-White, Patrice Godin, Vincent Leclerc, Pénélope McQuade et Étienne Boulay, elle prendra part à un spectacle-bénéfice au profit de la Maison Grise de Montréal, de la maison Le Far à Trois-Rivières ainsi que La Rose des Vents de Drummondville. Cette soirée se déroulera le 7 avril 2020 à 20h au Cabaret Lion d'Or à Montréal. Pour plus de détails, consultez l'article de presse. Crédit photo : Jean-François Desgagnés

Une bière brassée par elles et pour elles

17 Février 2020

Le Collectif 8 mars du Haut-Saint-Laurent a uni ses forces dans un brassin 100 % féminin à la Brasserie Livingstone. Une bière qui pourra être savourée entre femmes le 12 mars à l’occasion d’une soirée pour commémorer la Journée internationale des droits des femmes

Féministes main dans la main

11 Février 2020

Le Comité 8 mars organise un dîner conférence avec Marie-Ève Surprenant, auteure du Manuel de résistance féministe. L’activité se déroulera à la salle Lucien-Leboeuf du Centre sportif et culturel de Saint-Timothée le 12 mars. Le comité, formé de l’Accueil pour Elle, Option Ressource Travail – PS Jeunesse, C.A.L.A.C.S. La Vigie, CRESO, volet immigration et du centre D’Main de Femmes, souhaite réunir 120 personnes pour l’événement qui se déroulera sous forme interactive. L’auteure utilisera l’approche du quiz pour parler de féminismes, persistance des inégalités, mythes anti-féministes et des stratégies d’action. «C’est important de souligner la Journée internationale des femmes parce que l’égalité n’est toujours pas atteinte, a indiqué Jenny Foisy du centre D’Main de Femmes. On souligne aussi les luttes du passé et celles qui restent à mener. »

Le cas Gallese démontre un « grave problème de suivi »

11 Février 2020

« On a un grave problème de suivi, tranche sans hésitation le député conservateur Pierre-Paul Hus. C’est le bordel là-dedans. On le sait depuis longtemps, mais ce dossier-là a tout fait ressortir d’un coup. »

Avant de frapper

10 Février 2020

« Je veux que ça bouge ! », a lancé le 30 janvier dernier Isabelle Charest, ministre responsable de la Condition féminine en commentant la vague de féminicides qui secoue le Québec. En effet, dans quel genre de société vit-on quand tant de femmes meurent aux mains d’hommes violents ? Sans parler de toutes celles qui ne meurent pas, et qui sont agressées. Or en amont, que fait-on pour prévenir cette violence ?

Reportage sur la violence conjugale

05 Février 2020

L'émission les Francs-tireurs a consacré son reportage du 5 février 2020 aux enjeux vécus par les maisons d'hébergement soutenant les femmes et enfants victime de violence.  Une émission qui tire la sonnette d'alarme sur l'urgence de la situation ! Avec les entrevues de plusieurs expertes dans le mileu, dont Manon Monastesse, d.g. et porte-parole de la FMHF. 

La ministre de la Condition féminine promet d'agir pour la sécurité des femmes

30 Janvier 2020

Le Parti québécois espère que la CAQ consultera les intervenants du milieu. Isabelle Charest affirme qu’elle n’écarte aucune mesure quand il est question de violence envers les femmes. À l’approche de la présentation du budget provincial, la ministre responsable de la Condition féminine assure que son gouvernement présentera des mesures concrètes. En entrevue avec Isabelle Richer sur les ondes de RDI, Mme Charest admet qu’il existe déjà un plan d’action en matière de violence conjugale pour 2018-2023. (...) Les députées du Parti québécois Méganne Perry Mélançon et Véronique Hivon n’ont pas caché leur surprise face à la sortie médiatique de la ministre Isabelle Charest, d’abord publiée par La Presse. Tant qu’il n’y aura pas d’annonce d’argent, tant qu’on ne dit pas ce à quoi exactement servira l'argent, je pense que c’est un exercice de communication, affirme Mme Perry Mélançon, porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière de condition féminine.

Trop de victimes et des ressources qui débordent

30 Janvier 2020

Les ressources d'hébergement pour femmes violentées attendent avec impatience l’aide de Québec, en raison du manque criant de place.      À l’émission «J.E» ce soir, on a pu constater l’ampleur de la problématique.      Dans les ressources de plus longue durée, le manque de place oblige les intervenantes à attribuer les places aux femmes qui sont le plus à risque d’être assassinées.    

Violence conjugale: Le Far a besoin d’un nouveau toit

23 Janvier 2020

La Maison Le Far, ressource d’aide et d’hébergement pour femmes et enfants à Trois-Rivières, planche actuellement sur un projet de nouvelle construction qui lui permettrait d’augmenter sa capacité d’accueil. Le projet, encore à l’étape du montage financier, a d’ailleurs reçu un important appui de la Ville de Trois-Rivières mardi soir, soit un engagement financier de 198 274$.

Comment prévenir les féminicides conjuguaux ?

22 Janvier 2020

Au cours des derniers mois, le Québec a été secoué par une succession de crimes intrafamiliaux bouleversants. Fin octobre, un père a assassiné ses deux jeunes enfants. Le 9 décembre, un homme a étranglé sa conjointe et leurs enfants de deux et quatre ans à Pointe-aux-Trembles. Peu avant, le tribunal avait jugé que cette femme « avait des raisons de craindre pour sa sécurité ». Le 25 décembre, une mère de quatre enfants était abattue par son mari. À peine trois semaines plus tard, une autre femme, mère de six enfants est tuée par son conjoint.  Pour trouver réponse à ces questions, je me suis adressée à Manon Monestasse, directrice de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes du Québec. À mon avis, les véritables expertes en matière de violence conjugale ne sont ni la police, ni les avocat-es, les juges ou les psychiatres, mais bien les responsables des maisons d’hébergement pour femmes qui accueillent dans l’urgence les victimes de cette violence masculine. (...) 

Projet d’agrandissement de la maison d’hébergement pour femmes à Trois-Rivières

21 Janvier 2020

La maison d’hébergement pour les femmes et enfants qui vivent des difficultés ou de la violence conjugale, Le Far, a besoin d’un nouveau toit. Le Far, situé à Trois-Rivières, a été lourdement endommagé lors de la crue des eaux en 2017 et il y avait d’autres problèmes avec le bâtiment. Au point où, depuis novembre 2017, l’organisme s’est relocalisé dans une maison temporaire. La directrice générale de l’organisme, Karine Gendron, affirme toutefois que le nouvel endroit n’est pas bien adapté aux besoins des familles; il est mal insonorisé, plus petit et difficile d’accès pour les personnes à mobilité réduite.

Violence conjugale | Un mauvais conjoint sera-t-il un mauvais père?

20 Janvier 2020

La Fédération des maisons d'hébergement pour femmes (FMHF) déplore que la justice ne tienne pas assez compte de la violence conjugale pour déterminer les modalités de garde d’enfants.  Les autorités appliquent le principe voulant que ce n’est pas parce qu’un homme a été un mauvais conjoint qu’il sera un mauvais père, ce que regrette la directrice générale de la FMHF, Manon Monastesse.     «On dissocie les comportements comme si on parlait de deux personnes différentes [le conjoint violent et le père de famille]», a-t-elle regretté, lundi matin, à l’émission Dutrizac sur QUB radio. Manon Monastesse s’explique mal pourquoi les cas de violence conjugale ne sont pas pris en compte dans les dossiers de garde d’enfants.    

Garde d'enfants : la violence conjugale n'est pas prise en compte

20 Janvier 2020

Entrevue avec Manon Monastesse, directrice générale de la Fédération des maisons d'hébergement pour femmes : La violence conjugale n’est pas prise en compte dans les dossiers de garde d’enfants.  

Les couloirs de la violence amoureuse ouverts au grand public

20 Janvier 2020

La violence amoureuse est insidieuse, apparaissant tranquillement, au même rythme que s’installe le contrôle du partenaire de vie sur la victime. Qu’elle soit psychologique, verbale, physique ou sexuelle, la violence n’a pas sa place dans un couple. C’est ce qu’ont découvert samedi les 25 adultes ayant visité Les couloirs de la violence amoureuse, une activité présentée aux adolescents de secondaire 4 et 5 l’automne dernier.

Les hommes violents envers leur femme doivent être sanctionnés pour la garde des enfants

20 Janvier 2020

La Fédération des maisons d'hébergement pour femmes (FMHF) déplore que la justice ne tienne pas assez compte de la violence conjugale pour déterminer les modalités de garde d’enfants.   Les autorités appliquent le principe voulant que ce n’est pas parce qu’un homme a été un mauvais conjoint qu’il sera un mauvais père, ce que regrette la directrice générale de la FMHF, Manon Monastesse.   

Drame conjugal à Mascouche: «Pas un éclair dans un ciel bleu»

17 Janvier 2020

Réaction de Manon Monastesse, porte-parole de la FMHF,  suite au meurtre conjugal survenu à Mascouche le 16 janvier 2020.  Selon des témoignages de l’entourage recueillis par TVA Nouvelles, le couple composé de Jaël Cantin et Benoit Cardinal semblait filer le parfait bonheur avec ses six enfants âgés de 1 à 12 ans.       «Le conjoint va maintenir un contrôle total sur sa conjointe et sur sa famille pour que rien ne transparaisse de l’extérieur: tout semble parfait», explique Manon Monastesse, la directrice générale de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes.      

Un homme tue sa conjointe à Mascouche: Entrevue avec la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes

17 Janvier 2020

Entrevue de Manon Monastesse, porte-parole de la FMHF, sur TVA,  suite au meurtre conjugal survenu à Mascouche dans la nuit du 16 janvier 2020. 

Pages