Revue de presse

Journaux, télé, radio, médias sociaux.: pour tout savoir sur les sujets brûlants d'actualité ! 

Entrevue de Julie Beaulieu sur CKRL

21 Mars 2017

Le 21 mars 2017, Julie Beaulieu, directrice de la maisons Hélène-Lacroix était invitée sur l'émission "Ça ne tombe pas du ciel" sur CKRL, en compagnie de Céline Paradis. Ce fut l'occasion pour elles de parler de leur campagne de socio financement "Je fais ma route !" via la Ruche.  Pour tout savoir sur la campagne, cliquer ici  Pour réécouter l'entrevue, cliquer ici ( 51è minute) 

Une femme qui carbure aux défis

09 Mars 2017

La directrice de la Maison Simonne-Monet-Chartrand n'a pas eu peur d'essayer différents emplois et postes au cours de son parcours professionnel. C'est sa facilité à prendre des risques qui lui a permis de se retrouver à la tête de l'organisme.  Mme Langevin a étudié en administration des affaires à l'Université Sherbrookee et, déjà dans la vingtaine, elle a compris qu'elle désirait avoir des responsabilité. (...)  Depuis qu'elle dirige la maison Simonne-Monet-Chartrand, plusieurs changements ont été apportés et elle en est très fière. Elle considère qu'elle a atteint une satisfation autant professionnelle que personnelle.  "Je désire maintenant faire profiter de mes expériences aux autres directrices" conclut celle qui est nouvellement mentore. 

Projet «Je fais ma route»: entrevue avec Céline Paradis

08 Mars 2017

Le projet "Je fais ma route" est une campagne de financement pour la Maison Hélène-Lacroix qui est une maison d'hébergement pour les femmes victimes de violence. L'argent amassé permettra de créer des baluchons qui serviront de trousses de départ lorsque les résidentes quittent la ressource. De plus, pour finaliser cette campagne, Céline Paradis, auteure, formatrice, conférencière et initiatrice du projet marchera de Saint-Tite-des-Caps jusqu'à Portneuf en 5 jours. Cette marche se veut symbolique pour couvrir la région 03 où l’on retrouve 8 maisons d'hébergement qui viennent en aide aux femmes victimes de violence et à leurs enfants.

Redonner au suivant

04 Mars 2017

Danielle est née à Victoriaville. À l’âge de 11 ans, elle a déménagé à Montréal. Au début de la vingtaine, elle est partie vivre dans l’Ouest, à Edmonton et Vancouver. Après avoir été victime de violence conjugale, elle a connu les maisons d’hébergement canadiennes. Au bout d’un moment, elle est revenue s’installer à Montréal. Elle avait 48 ans, pas d’argent, pas de références, pas d’amis. C’est comme ça qu’elle s’est retrouvée à la rue. "La pauvreté est le catalyseur qui mène les femmes à la rue, nous dit la directrice générale de la maison d’hébergement Auberge Madeleine, Micheline Cyr. Lorsqu’il y a des problèmes de toxicomanie ou de santé mentale, ça vient évidemment compliquer les choses. Mais parfois, on reçoit des femmes qui ont simplement perdu leur emploi et qui n’ont plus aucune ressource, comme Danielle… "

Première collecte de produits hygiéniques pour les femmes itinérantes

01 Mars 2017

Pour la première fois à Montréal, une collecte de serviettes hygiéniques et de tampons a lieu afin de venir en aide aux femmes itinérantes et de sensibiliser la population à cet enjeu méconnu. C’est ainsi qu’a été lancée la Collecte au féminin, qui invite la population à déposer des boîtes de serviettes hygiéniques et de tampons dans les bacs de dons de commerces participants – principalement des pharmacies montréalaises – d’ici le 8 mars, où sera soulignée la Journée internationale des femmes. Les dons amassés seront remis à quatre organismes montréalais: La Rue des femmes, l’Auberge Madeleine, la Maison Marguerite et Cactus Montréal.

Plus de 42 000$ pour Mirépi

28 Février 2017

L’objectif du Zumbathon au profit de la maison d’hébergement Mirépi a été fracassé. L’activité-bénéfice a permis d’amasser plus de 42 000$. Le sixième Zumbathon Mirépi a rassemblé plus de 100 participants sur le plancher de la grande salle du Centre multifonctionnel de Saint-Raymond le 25 février. C’est un montant récolté d’une valeur de 42 200$ qui a été dévoilé en conclusion de l’événement. L’objectif des responsables était d’amasser 35 000$ cette année. La directrice générale de la maison d’hébergement pour femmes et enfants victimes de violence, Martine Labrie, a souligné que de nouveaux partenaires financiers se sont ajoutés cette année.

Appel à lever les obstacles à la lutte contre l'itinérance

27 Février 2017

Trois ans après l'adoption d'un plan de lutte contre l'itinérance, le Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM) réclame des investissements supplémentaires pour mettre en place des mécanismes qui favorisent l'insertion sociale et la lutte contre la pauvreté. Trois ans après l'adoption d'un plan de lutte contre l'itinérance, le Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM) réclame des investissements supplémentaires pour mettre en place des mécanismes qui favorisent l'insertion sociale et la lutte contre la pauvreté.

Plus de 42 000 $ pour le zumbathon de Mirépi

27 Février 2017

Au lendemain du sixième zumbathon de Mirépi, les comptes étaient faits : près d’une centaine de personnes y ont pris part et pas moins de 42 200 $ ont alors été récoltés. C’est donc un appréciable pas qui a ainsi été fait vers la construction de la maison de deuxième étape dont souhaite se doter cet organisme qui offre un hébergement confidentiel et sécuritaire aux femmes victimes de violence conjugale ou en difficulté et à leurs enfants. u cours des quatre dernières années, sachez que cette importante activité de financement a toujours été tenue au profit de la maison de deuxième étape que veut faire construire Mirépi. Il faut savoir qu’à un mois de la fin de l’année financière de ce lieu d’hébergement qui vient en aide à des femmes provenant de toute la région de Portneuf, le taux d’occupation s’élève déjà à 94 %. C’est sans compter que la directrice générale Martine Labrie et son équipe ont eu à refuser quarante-cinq demandes d’hébergement jusqu’à maintenant. .

Utiliser sa voix

19 Février 2017

Une autre décision que Charlotte a prise pour les bonnes raisons, c'est son implication - à titre de pore-parole - auprès de l'Auberge Madeleine,un organisme qui vient en aide aux femmes en situation d'itinérance. "Mon grand-père siège au conseil d'administration de l'Auberge depuis que je suis toute petite. C'est un organisme que je connais bien, dans lequel je me suis impliquée très jeune." 

Gatineau ne fait pas bonne figure - 3e pire ville en terme de violence conjugale

17 Février 2017

Entrevue TVA vendredi 17 février 2017. Batineau est tristement classée 3e pire ville en matière de violence conjugale.  Entrevue avec Claudia Piticoo-Racette, intervenante à la maison l'Autre chez-soi. Pour voir la vidéo, cliquer ici 

Un peu d’amour pour les femmes victimes de violence

10 Février 2017

Le Centre Mechtilde, maison d’aide et d’hébergement pour les femmes et leurs enfants vivant dans la violence, a tenu son 4e déjeuner-bénéfice de la St-Valentin vendredi matin, au restaurant Pacini. De 7 h à 11 h, environ 175 personnes se sont régalées d’un délicieux déjeuner au coût de 20 $. Grâce à la somme amassée, le centre sera en mesure de proposer des activités aux femmes et leurs enfants et de leur procurer des effets personnels dont elles ont besoin.

150 femmes solidaires de celles en situation vulnérable

25 Janvier 2017

Plus de 150 femmes et quelques hommes ont pris part au colloque régional "Agir pour les femmes en situation de vulnérabilité à Laval", le 25 janvier, au centre de congrès Palace, dans Chomedey. Après la présentation des faits marquants du portrait, afin de bien camper le contexte, une table ronde sur les causes systémiques, l'intervention féministe et l'intersectionnalité (diversité et exclusion) a ouvert les pistes de réflexion, fruits des propos d'Isabelle Renaud, de l'Alliance de la Fonction publique du Canada, Mylène Bigaouette et Isabelle-Anne Lavoie, de la Fédération des maisons d'hébergement, et Véro Leduc, artiste et chercheuse rattachée à l'Université Concordia

Le petit ami de cœur a tenté de heurter la victime avec sa voiture: entrevue avec Manon Monastesse

16 Janvier 2017

Entrevue avec Manon Monastesse le 16 janvier 2017 sur LCN pour revenir sur le meurtre de Mylène Laliberté par son ex-conjoint le vendredi 13 janvier à Saint-Lin-Laurentides dans Lanaudière. La jeune femme était victime de violence conjugale selon des proches. 

Au service des femmes en difficulté

05 Janvier 2017

Béatrice Ducharme est une jeune femme de 23 ans pleine d’idées et de vitalité. Déjà détentrice d’un baccalauréat en administration, l’étudiante en droit à l’Université McGill est bénévole depuis deux ans à la cuisine du Chaînon, un organisme qui vient en aide aux femmes en difficulté.

Les femmes de la région souhaitent l’égalité des sexes pour 2017

04 Janvier 2017

Les débats sur la culture du viol, la ministre de la Condition féminine qui ne se dit «pas féministe», l’iniquité salariale aux cabinets ministériels à Québec: 2016 fut difficile pour les femmes. Après ce dur bilan, les directrices du centre de femmes Ainsi soit-elle et de la Maison Simonne-Monet-Chartrand formulent leurs souhaits pour la condition féminine en 2017.

Ottawa finance de nouveau le Réseau d'aide aux personnes itinérantes

22 Décembre 2016

À quelques jours de Noël, le réseau qui regroupe les organismes venant en aide aux personnes itinérantes à Montréal a reçu un cadeau: le rétablissement d'une aide financière dont le gouvernement Harper l'avait privé il y a plus de quatre ans. Les organismes qui viennent en aide aux personnes itinérantes sont, par exemple, Le Chaînon, La Maison du Père et L'Itinéraire. Certains hébergent des gens qui se trouvent à la rue, d'autres ont développé des programmes de réinsertion. Le RAPSIM milite pour que des programmes et mesures soient adoptés pour venir en aide à ces gens dans le besoin.

Violence: quand la migration se retourne contre les femmes

14 Décembre 2016

Pour les immigrantes parrainées par un conjoint violent, briser leur union égale incertitude et risque d’expulsion. Même si le règlement doit être amendé prochainement, le défi de rompre l’isolement de ces femmes restera entier, expliquent des intervenantes du milieu. La porte d’Inter-Val 1175 est verrouillée et surveillée par caméra. De l’autre côté, l’odeur de pain aux bananes et le panier de pantoufles en Phentex destinées aux visiteurs tranchent avec ces mesures sécuritaires, nécessaires dans une maison dont les résidentes ont fui la violence conjugale. Dans cette maison d’hébergement montréalaise, ces femmes sont de plus en plus des immigrantes. « Depuis plus de cinq ans, on remarque que le parcours migratoire prend de plus en plus de place [dans la manipulation par les conjoints] », note Marylène Paquette, coordonnatrice de l’intervention. Dans la métropole, les nouvelles arrivantes constituent maintenant 40 % des femmes accueillies dans les maisons membres de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes (FMHF), par rapport à 22 % à l’échelle de la province.

Forum hopes to find new solutions to violence against women

08 Décembre 2016

Several representatives working on the issue of violence against women — from researchers, to bureaucrats, social workers and volunteers — met Thursday for a forum on violence against women and girls, organized by the Peace Grantmakers Network, the foundation headed by Brian Bronfman and Marcia Wetherup. Several speakers talked about the failure of the justice system with respect to women who are victims of sexual and physical violence. They recognized the fundamental problem that only about 30 per cent of women who are attacked ever file formal complaints with police for a variety of reasons: they know their attackers, they’re not willing to go to court and withstand cross-examination that will attack their credibility, and the sentences are often not severe enough to act as a deterrent, said Manon Monastesse, the director general of the Fédération des maisons d’hébergement pour femmes.

Polytechnique : 27 ans plus tard

06 Décembre 2016

Couverture médiatique de LCN sur la commémoration du 6 décembre.   

La Course Les Aspirants remet un chèque à Regard en Elle

04 Décembre 2016

Les organisateurs de la 4e édition de la Course Les Aspirants ont remis, un montant de 16 500 $ à l’organisme Regard en Elle, une maison d’hébergement pour femmes violentées. Cette somme a été recueillie grâce à la participation record de 1 562 coureurs à la Course Les Aspirants le 9 octobre dernier à l’île Lebel. Le président du Club de Course Les Aspirants de Repentigny, Jean St-Pierre, a profité de la remise pour officialiser le retour de l’événement l’an prochain, renouvelant du même coup son association avec Regard en Elle. (PC)

Pages