Revue de presse

Journaux, télé, radio, médias sociaux.: pour tout savoir sur les sujets brûlants d'actualité ! 

Les Demois'Ailes remettent 70 000$ aux organismes Le FAR et La Séjournelle

10 Juillet 2016

C'est main dans la main, accompagnées de leur famille et de leurs amis, que les 40 Demois'Ailes ont franchi les derniers kilomètres de leur parcours à relais entre Toronto et Shawinigan. Elles ont fièrement remis un montant de 70 000$ à deux organismes de la région qui viennent en aide aux femmes victimes de violence conjugale. Ce quatrième Défi des Demois'Ailes porte le montant des dons à plus de 200 000$ pour Le FAR (Trois-Rivières) et La Séjournelle (Shawinigan). Quarante femmes entraînées depuis le mois de novembre ont couru, à relais, les quelque 750 kilomètres qui séparent Toronto et Shawinigan, soit l'équivalent de deux marathons et demi chacune en moins d'une semaine.

Une bande dessinée pour sensibiliser et informer sur la violence conjugale et sexuelle

06 Juin 2016

La Table de concertation en violence conjugale et agression sexuelle du Fjord distribuera, dans plus de 10 000 foyers de La Baie et du Bas-Saguenay, une bande dessinée qui met en scène différentes situations de violence, qu'elle soit conjugale ou sexuelle.« Deux projets seront portés par la Table, la bande dessinée, mais aussi un projet de locaux au Bas-Saguenay, qui vont être disponibles dans chacune des municipalités, soit Saint-Félix-d'Otis, Rivière-Éternité, L'Anse-Saint-Jean, Petit-Saguenay et Ferland-et-Boilleau », a précisé Sonia Rhainds, intervenante sociale pour la Maison Le Rivage, à La Baie

Styles de soirée: le cocktail de l'opération RELUXE au profit du Chaînon, une première!

25 Mai 2016

La première édition de l’événement shopping mode « RELUXE », a réuni mercredi 25 mai soir au Loews Hôtel Vogue, personnalités, fashionistas et passionnés de mode autour d’un seul objectif, celui de recueillir des fonds pour financer la maison d’hébergement dédiée à accueillir et à accompagner les femmes en difficulté. 12 369 $ ont été recueillis! « Nous ne pouvions espérer un meilleur résultat et une plus belle synergie pour cette édition inaugurale de RELUXE, affirme Marcèle Lamarche, directrice générale du Chaînon. Au-delà des recettes amassées, qui contribuent à supporter près de 70 résidantes quotidiennement, je suis profondément touchée par la mobilisation des communautés d’affaires et artistique qui se sont encore une fois montrées si solidaires au soutien des femmes en difficulté et à leur retour à l’autonomie. »

Trudeau sera absent en Chambre jeudi matin — Bousculade aux Communes

20 Mai 2016

Au NPD, on jure qu'on n'a pas cherché à mettre le feu aux poudres en tentant de lui barrer la route, alors que la tension entre les libéraux et les partis de l'opposition est particulièrement vive. "Dans mon empressement, je n'ai pas fait attention aux gens autour de moi et j'ai accidentellement bousculé la députée de Berthier-Maskinongé, et c'est quelque chose que je regrette profondément", a dit le premier ministre". Ce fut le cas de la députée néo-démocrate Brigitte Sansoucy, qui s'est indignée peu après la bousculade d'avoir entendu en chambre des excuses lui rappelant celles de "maris violents". "Il n'y a aucune excuse", a-t-elle martelé. En plus d'être "absurde", ce type de discours est "insultant" pour les femmes victimes de violence, a déploré Simon Lapierre, professeur à la faculté des sciences sociales de l'Université d'Ottawa. Les députés ne reviennent aux Communes que le 30 mai. C'est également l'avis de la directrice Fédération des maisons d'hébergement pour femmes (FMHF), Manon Monastesse, selon qui ce genre de parallèle ne "sert pas du tout la cause". "Le danger, c'est de banaliser la violence, parce que nos détracteurs vont dire que n'importe quel geste, c'est de la violence", a-t-elle suggéré à l'autre bout du fil. 

Justin Trudeau s'excuse

19 Mai 2016

Coup de coude de Trudeau et violence contre les femmes: un parallèle «absurde» Il est insensé de comparer un coup de coude asséné involontairement à une députée à un acte de violence commis contre une femme, déplorent des experts du milieu. En plus d'être «absurdes» et «boiteux», ces rapprochements sont carrément «insultants» pour les femmes victimes de violence, a déploré Simon Lapierre, professeur à la faculté des sciences sociales de l'Université d'Ottawa. C'est également l'avis de la directrice de la Fédération des maisons d'hébergement pour femmes (FMHF), Manon Monastesse, selon qui cela ne sert «ni la cause», ni «la compréhension du public». «Le danger, c'est de banaliser la violence, parce que nos détracteurs vont dire que n'importe quel geste, c'est de la violence», a-t-elle suggéré à l'autre bout du fil. «On entend par violence faite aux femmes des gestes visant à contrôler la personne, contrôler par la menace, par des actes. C'est tout un contexte, la violence faite aux femmes», a expliqué Mme Monastesse.

Coup de coude de Trudeau et violence contre les femmes: un parallèle «absurde»

19 Mai 2016

Il est insensé de comparer un coup de coude asséné involontairement à une députée à un acte de violence commis contre une femme, déplorent des experts du milieu. «Je comprends que c'est dans le but de nuire à la crédibilité du premier ministre, mais je pense qu'on ne doit pas utiliser des problèmes aussi sérieux dans une joute partisane», a déploré M. Lapierre, qui travaille sur ces enjeux depuis une quinzaine d'années. C'est également l'avis de la directrice de la Fédération des maisons d'hébergement pour femmes (FMHF), Manon Monastesse, selon qui cela ne sert «ni la cause», ni «la compréhension du public». «Le danger, c'est de banaliser la violence, parce que nos détracteurs vont dire que n'importe quel geste, c'est de la violence», a-t-elle suggéré à l'autre bout du fil. «On entend par violence faite aux femmes des gestes visant à contrôler la personne, contrôler par la menace, par des actes. C'est tout un contexte, la violence faite aux femmes», a expliqué Mme Monastesse.

Austérité et éloignement, un cercle vicieux pour les femmes de la Gaspésie

17 Mai 2016

Les femmes sont-elles victimes des mesures d'austérité? Chose certaine, dans les régions éloignées, de nombreuses femmes se disent prises au dépourvu. Les organismes qui leur viennent en aide soutiennent que leurs services sont de plus en plus sollicités. Arrêt en Gaspésie.  Gisèle Bernard a été accueillie à la Maison L'Aid'Elle, à Gaspé, après avoir été victime de violence familiale. Elle attend depuis cinq mois une consultation avec un psychologue. Le centre qui l'héberge constate que ses résidentes mettent de plus en plus de temps à obtenir des services de santé. Les délais judiciaires pour les femmes qui choisissent de poursuivre leur ex-mari se sont aussi étirés. « Ce que je trouve déplorable, affirme Brigitte Bergeron, c'est qu'il y a tellement de gens qui sont dépressifs comme moi et qui essaient d'avoir de l'aide [...] et qui n'en sont pas capables parce qu'ils n'en ont pas les moyens. »

L'aide manque pour les femmes victimes de violence

04 Mai 2016

La Fédération des maisons d'hébergement pour femmes (FMHF) rapporte que 8000 femmes n'ont pu trouver de place dans un refuge en 2014-2015 par manque de place. C'est 75 % des femmes et des enfants ayant eu besoin de ces services. L'essayiste et militante Aurélie Lanctôt, l'humoriste Jonathan Roberge et l'auteur Antoine Ross Trempe explique à Catherine Perrin en quoi ce dossier démontre les conséquences néfastes des politiques d'austérité.  

Projet de loi sur le lobbyisme - des organismes espèrent son retrait

29 Avril 2016

Une coalition de divers groupes associés de près ou de loin aux organismes communautaires et bénévoles demande le retrait du projet de loi 56 qui intègrerait les OSBL à la définition de lobby. Ce projet de loi menace la confiance du public envers le gouvernement, estiment-ils. Si la loi était adoptée tel que prévu, la participation citoyenne serait notamment freinée, de même que l’exercice de la liberté d’expression. La ministre Rita de Santis leur a semblé à l’écoute des arguments qu’ils lui ont présentés récemment, ce qui leur confère un certain optimisme. Un rapport du Commissaire au lobbyisme sur la question est attendu pour ce printemps.

Les refuges canadiens débordent - Trois femmes sur quatre se butent à des portes closes

29 Avril 2016

Près de 75 % des femmes et enfants qui ont tenté de trouver refuge dans une maison d’hébergement pour victimes de violence conjugale au Canada se sont heurtés à des portes closes l’an dernier, faute de places disponibles. C’est du moins le portrait tracé par le rapport annuel 2016 du Réseau canadien des maisons d’hébergement Les Maisons s’expriment, qui a capturé, à l’aide d’un sondage, la réalité vécue lors d’une journée par ces ressources destinées à porter secours aux femmes et enfants violentés.

Il manque de place dans les refuges pour femmes

29 Avril 2016

Un nouveau rapport indique que les femmes fuyant des situations de violence se réfugient souvent dans d’autres provinces que celle où elles résident et que plusieurs d’entre elles n’arrivent pas à trouver une place en maison d’hébergement parce que les installations affichent complet ou sont débordées.

Le manque de place force les maisons d’hébergement à refuser des femmes

28 Avril 2016

Un nouveau rapport indique que les femmes fuyant des situations de violence se réfugient souvent dans d’autres provinces que celle où elles résident et que plusieurs d’entre elles n’arrivent pas à trouver une place en maison d’hébergement parce que les installations affichent complet ou sont débordées. Le troisième sondage annuel «Les maisons s’expriment» du Réseau canadien des maisons d’hébergement pour les femmes affirme qu’au cours de la dernière année, huit maisons sur dix au pays ont accueilli une femme provenant d’une autre province.

Lancement du site de Nathalie St-James

20 Avril 2016

Je me présente, Nathalie St-James, Thérapeute Spécialisée en Relations Humaines et Formatrice. Je suis membre de l’A.P.N.N. Je donne des reçus pour vos assurances et pour les impôts. J’ai une formation en Intervention Sociocommunautaire au CEGEP de St-Jean-sur Richelieu, une attestation en Situation de Crise Suicidaire au Centre de Prévention du suicide de St-Jean-sur Richelieu et une formation en tant que Thérapeute Spécialisée en Relations Humaines au C.F.P.R.H. de Brossard, diplômée depuis 2008. J’ai mon bureau privé où je fais des thérapies individuelles et de couples. J’ai une approche basée sur la Méthode Dynamique en Relations Humaines (MDRH). C’est une méthode d’aide thérapeutique semi-directive unissant une approche humaniste, cognitive et émotivo-rationnelle. Cette approche incite la personne aidée à prendre conscience de ses schémas de comportements qui l’amènent à vivre et à répéter les mêmes « patterns » à travers ses relations.

L'austérité : une attaque frontale à l'égalité

19 Avril 2016

Plusieurs regroupements féministes québécois partagent l'analyse selon laquelle les politiques d'austérité amplifient la discrimination systémique et qu'elles peuvent bel et bien être analysées dans le cadre de violences systémiques faites aux femmes.  Selon le rapport produit par L'R des centres de femmes le 3 avril dernier, les politiques d'austérité ont des conséquences multiples sur la condition féminine : il faut réaliser les effets de système. « L'austérité semble amplifier la discrimination systémique à l'endroit des femmes, comme groupe social. En d'autres mots, elle causerait d'importants reculs sur les conditions de vie des femmes parce qu'elles sont des femmes, et ce, à plusieurs niveaux simultanément » explique Valérie Gilker Létourneau, co-coordonnatrice de L'R.

Le gouvernement Couillard dénoncé par les groupes féministes

16 Avril 2016

Le gouvernement du Québec est pointé du doigt par plusieurs groupes féministes qui estiment que la condition féminine, loin d’avancer, manque de moyens pour améliorer le sort des femmes. Passant en revue l’étude des crédits du budget du Québec 2016, le constat général des militantes des droits des femmes est que l’égalité piétine.La coordonnatrice du Regroupement québécois des centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel, Nathalie Duhamel, a rappelé que le plan d’action, attendu depuis plus d’un an pour combattre cette problématique, n’a toujours pas été déposé. 

Le député Guy Ouellette traité de «mononcle»

15 Avril 2016

Des députées de l’opposition et des groupes de femmes demandent au député Guy Ouellette, qualifié de «mononcle», de retirer les propos jugés sexistes prononcés jeudi à l’endroit de la députée de Crémazie, Marie Montpetit. Députée libérale, Mme Montpetit faisait partie des élus appelés à intervenir lors de l’étude des crédits du Conseil exécutif, le ministère du premier ministre, jeudi après-midi, au Salon rouge de l’Assemblée nationale. Au moment de lui donner la parole, le président de séance, M. Ouellette, député libéral de Chomedey, a déclaré: «Monsieur le premier ministre, on avait besoin d’une touche féminine pour la première partie des crédits. Mme la députée de Crémazie, à vous la parole.»

Le PQ accuse le gouvernement d'encourager la violence envers les femmes

15 Avril 2016

L'opposition péquiste accuse le gouvernement Couillard d'encourager sciemment, depuis deux ans, toutes les formes de violence exercée contre les femmes.La députée péquiste d'Hochelaga-Maisonneuve, Carole Poirier, n'a pas mâché ses mots, vendredi, lors de l'étude des crédits octroyés à la Condition féminine, pour tracer un sombre bilan des deux premières années de gouvernement Couillard, associé à un recul majeur, sur tous les plans, des conditions de vie des Québécoises.

Un 90 M$ qui tombe à point pour les maisons d’hébergement de la région

12 Avril 2016

Au Lac-Saint-Jean, où les maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale arrivent tout juste à répondre aux besoins, les millions de dollars annoncés par le gouvernement fédéral arrivent au bon moment. Ottawa prévoit créer ou améliorer quelque 3000 places destinées aux femmes et aux enfants qui veulent fuir une relation abusive. Les maisons d’hébergement en sauront un peu plus après avoir consulté leurs instances que sont le Regroupement provincial des maisons d’hébergement ou encore la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes.

Immatriculation des armes - Un «outil indispensable de prévention»

06 Avril 2016

La Fédération des maisons d’hébergement pour femmes a qualifié le projet de loi 64 sur l’immatriculation des armes à feu «d’outil indispensable de prévention de l’homicide conjugal et familial», malgré les améliorations qu’il faudrait lui apporter. La FMHF a rappelé «le lien intrinsèque et bien documenté existant entre les violences envers les femmes et la possession d’armes à feu».

participation de la FMHF à la commission parlementaire sur le pl64 - immatriculation des armes à feu

05 Avril 2016

 La Fédération des maisons d’hébergement pour femmes (FMHF) a présenté le 05 avril 2016 en commission parlementaire son mémoire « PL 64 – un outil indispensable de prévention de l’homicide conjugal et familial » 

Pages